cinquième journée (28/09) Tinrhir - Ait-Ben-Haddou - Retour à Ouarzazate


Aujourd'hui, nous quittons Tinrhir et prenons la route de Ouarzazate. Nous traverserons cette ville pour nous rendre à Aït-Ben-Haddou. Puis, demi-tour et retour à Ouarzazate ou nous passerons la nuit.
       
A Tinrhir, en exposition, des portes marocaines anciennes, gravées à la main.
 
8h30, 28°, Nous quittons notre hôtel
 
et reprenons la route.
Toujours les grandes plaines, avec, au loin le Haut Atlas,
et des oueds parsemés de villages et de palmeraies..
 
 
Quelques gros rochers, les plus gros avoisinnent les 10m de haut.
 
Arrivée à Ouarzazate, le Lac d’Al-Mansour Ad-Dahbi.
Le lac d’Al-Mansour Ad-Dahbi est alimenté par l'oued Draa et l'oued Dadès.
Le barrage El Mansour Ad-dahbi fut construit en 1971 en aval de l'oued Draa. L'objectif de ce barrage est de lutter contre la désertification et d'améliorer en conséquence les niveaux de vie des populations environnantes. Les volumes d'eau sont alors contenus derrière le barrage et la distribution est régularisée selon les besoins (notamment pour l'irrigation des cultures). Le barrage El Mansour Ad-dahbi mesure 70 mètres de hauteur et sa forme voutée le rend très impressionannt à voir. Il retient environ 560 millions de mètres cubes d'eau.

Passé Ouarzazate, nous nous dirigeons vers Aït-Ben-Haddou. Il est l'heure de déjeuner et nous cherchons un restaurant.
Nous traversons le village et continuons quelques kilomètres.
 
La route serpente au milieu des collines de cailloux, La terre est sèche.
Nous passons devant l'Auberge Tombouctou. Un homme est en train de bricoler dans le moteur de sa voiture, c'est le patron.
Nous nous arrêtons et Christian va lui demander s'il est possible de déjeuner. Pas de problême, il abandonne la mécanique pour se mettre au "fourneau". Evidemment, Christian négocie le prix du repas. Et, tous les deux tombent d'accord.
 
Nous nous installons dans la salle.
Il faut attendre une demi-heure pour être servis. Pas grave, nous avons le temps.
Le repas (tajine) est excellent. 14 heures, nous redescendons vers Aït-Ben-Haddou.

 
Arrivée à Aït-Ben-Haddou. Un ptit tour en dromadaire ?
 
De l'autre côté de l'oued, le ksar.
Aït-Ben-Haddou est un Douar (Village) du Maroc situé dans la province de Ouarzazate. Il se présente comme un ensemble de bâtiments de terre entourés de murailles, le ksar (pluriel ksour) est un type d'habitat traditionnel Présaharien. Les maisons se regroupent à l'intérieur de ses murs défensifs renforcés par des tours d'angle. Aït-Ben-Haddou est un exemple frappant de l'architecture du sud marocain traditionnel.
Tout autour de ce douar un ensemble de villages se regroupe. Tous ont été attirés par une rivière qui traverse une vallée. Les habitants de ces douars sont pour la plupart des berbères anciennement nomades qui ont ensuite choisi la sédentarité pour diverses raisons.
Le ksar d'Aït-Ben-Haddou est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1987 et plusieurs films y ont été tournés : Lawrence d'Arabie (1962), L'Homme qui voulut être roi (1975), Jésus de Nazareth (télésuite) (1977), Bandits, bandits (1981), Le Diamant du Nil (1985), Tuer n'est pas jouer (1987), La Dernière Tentation du Christ (1988), Un thé au Sahara (1990), Kundun (1997), La Momie (1999), Gladiator (2000), Alexandre (2004)
 
Transport en commun.
 
Les gazelles.
 
En hiver, il y a même des cigognes.
 
Quelques vues du ksar.
 
 
Après cet émerveillement, retour à Ouarzazate.







Nous arrivons à Ouarzate.
Nous retrouvons notre hôtel, le même que la nuit de notre arrivée.

le "Riad Salam"

Nous découvrons nos appartements pour la nuit.
Nous avons chacun droit à une suite.

 
 
Chouette, non ?
 
Un repos bien mérité.
C'est le pied !


C'est tout pour aujourd'hui. Demain, nous traversons le Haut Atlas pour nous rendre à Taroudant.

A suivre

Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
         
Fichier :9.5 Mo
20100928 Tinhir_AitBenHaddou_Ouarzazate.zip