02/09/2013 : Visites de la médin - 03/09/2013 : petit voyage à la campagne.


Lever vers 7 heures, il fait 18° dehors et il y a un petit brouillard. Après le petit déjeuner, chacun ayant pris sa douche, nous partons pour la médina afin de faire notre marché pour midi.
Une médina, désigne la partie ancienne d'une ville par opposition aux quartiers modernes de type européen. Ce terme est surtout employé dans les pays du Maghreb, en Afrique de l'Ouest et en Afrique de l'Est. Une médina se caractérise par ses échanges avec les zones rurales environnantes qui la nourrissent et par les activités marchandes qui la soutiennent, malgré les remparts qui la ferment et la protègent de la menace des envahisseurs. Une grande partie d'une médina est occupée par les souks.
En arabe, un souk est un marché forain éphémère, généralement hebdomadaire. C’est aussi un lieu de transactions commerciales. Il est presque toujours en plein air ; seuls certains souks des médinas sont parfois couverts. Son équivalent en persan ou turc est un bazar. En langue amazighe, la langue berbère, il est appelé ameznaz (lieu de vente) et en espagnol el socco.
Il existe des souks ruraux et des souks urbains. On y trouve tout ce dont les populations d'une société traditionnelle ont besoin. Les gens y viennent généralement pour s'approvisionner mais les campagnards y écoulent également les surplus de leur modeste production ou encore certains produits de plus forte valeur ajoutée, tels que le bétail, en cas de besoin d'argent liquide.
Les commerces y sont généralement organisés par quartiers et par branches commerciales : l'alimentation, l'habillement, l'équipement, les produits ruraux bruts, l'artisanat rural et les services. Les produits commercialisés reflètent bien le niveau de vie des zones où se tient le souk.
Dans les souks, il faut généralement marchander, c'est-à-dire que les prix ne sont pas fixes et qu'il est possible de discuter avec le vendeur pour trouver un prix qui convienne. En se promenant dans les souks, il arrive parfois de se faire interpeller par certains marchands.
Les souks contiennent des boutiques, mais également des ateliers et parfois des habitations.
Nous sommes dans la partie alimentation.
Ici, on trouve de tout, de la viande, des légumes, des fruits, du poisson etc... Tout ceci à des prix défiant toutes concurrences.
 
Après avoir fait nos courses nous rentrons à la maison. Après la sieste, vers 16 heures, nous retournons à la médina. Nous passons par la plage.
 
Il fait beau et beaucoup de monde profite de la plage. Nous n'avons pas pris nos maillots, alors, pas de bol, pas de bain.
 
Après une petite heure à la plage, retour à la médina. Nous visitons les multiples ruelles qui fourmillent d'objets de toutes les couleurs.
 
Et un monde !
 
rue Laalouj, nous trouvons une étrange plaque.

Comme on peut le constater, sur cette plaque, deux dates sont mentionnées.
et
Il s'agit des dates du calendrier Grégorien et du calendrier Hégirien.

Le calendrier musulman (Hégirien) comporte douze mois de 29 ou 30 jours.
Chaque mois démarre au moment où le premier fin croissant de lune « hilal » est visible. Il doit être aperçu avant qu'il ne disparaisse à l'horizon dans les lueurs crépusculaires du coucher du soleil. Selon l’endroit d’où est effectuée cette observation, le mois peut démarrer plus ou moins tôt. Le mois de ramadan, par exemple, ne commence et ne termine pas le même jour pour tous les musulmans du monde. Ainsi, si le ciel est nuageux et ne permet pas l'observation visuelle du croissant de lune, le soir du 29e jour de chaabane, dans un pays musulman, alors ce jour est défini comme jour de doute Yawm shakk. Le mois de chaabane sera déclaré comme ayant 30 jours, avant de déclarer le début du mois de ramadan.

Sur la plupart des plaques commémoratrices, on retrouve ces deux dates.

 
 

La sqala de la Kasbah

La sqala de la Kasbah est un rempart crénelé, long de plus de 200 mètres, qui servait de muraille défensive contre les attaques par la mer.
Il fut construit en 1765 par l'architecte français Théodore Cornut, en prenant comme modèle les fortifications de son maître Vauban en France.
Le large chemin de ronde de cette ancienne batterie militaire est garni de canons portugais.
C'est sur ces remparts qu'Orson Welles tourna en 1949 de nombreuses scènes de son film Othello.

 
A l'une des entrées, des commerces se sont installés dans les anciens dépots de munitions.
 
Le bastion nord domine la sqala.
 
Le chemin de ronde et ses canons, à gauche la médina, à droite l'océan.
 
Bonne occasion pour faire des photos de famille.

 
Côté océan, pas tellement accessible !
 
Au fond, la Sqala du port, l'autre barrière défensive.
 
Retour dans les ruelles, rayon chaussures.
 
Beaucoup de costumes locaux.
 
Et un bric à brac invraisemblable.

Il est presque 19 heures lorsque nous quittons la médina par la porte de Marrakech.
Retour à la maison, apéro, dîner puis balade à pieds pour certains ou séance facebook pour certaines.

Vers minuit, c'est l'heure d'aller dormir.

Après une bonne nuit, nous nous levons chacun à notre heure, nous déjeunons chacun à notre heure puis nous allons faire quelques petites course tous ensemble pour le déjeuner. Nous avons à notre disposition, dans un rayon de 100m, un volailler et deux épiciers. Le volailler prépare la volaille à la demande. On passe lui commander un poulet et on revient un quart d'heure plus tard, le poulet est prêt (plumé et coupé en morceaux).

Un peu plus loin, nous avons trouvé un excellent pâtissier chez qui, tous les jours, nous prenons des viennoiseries pour le petit déjeuner et quelques gâteaux frais parce que nous sommes gourmands.

 
Les plus, c'est que régulièrement, il nous offre des petits gâteaux aux amandes, qu'il a toujours le sourire et que ce n'est pas cher.

cadeaux !

Après déjeuner, nous partons en virée (itinéraire N°3 sur la carte).

Nous prenons la route de Marrakech pour aller visiter une fromagerie. Sur la route, nous rencontrons quelques ânes en liberté. Ici, il faut faire très attention.
La fromagerie, c'est un petit bâtiment dans lequel on trouve une boutique et un laboratoire. A quelques kilomètres de là, l'élevage des chèvres dans la campagne. Nous n'avons pas pu visiter le laboratoire, il n'y avait personne au travail. L'explication est que ce n'est plus la saison ! Par contre, la jeune fille du magasin nous a emmené voir l'élevage des chèvres. Chose curieuse, il s'agit d'une race alpine très productive. Nous avons acheté quelques fromages, il n'y en avait pas de secs. Evidemment, ils ne valent pas les fromages de France ou les chèvres mangent de l'herbe, ici, elles sont nourries artificiellement car dehors il n'y a que des cailloux, mais ils sont acceptables.
Après la visite, nous reprenons la route pour rvenir à Essaouira. Nous allons rejoindre la route d'Agadir en passant à travers la campagne désertique.
Il fait très chaud, plus de 30°, et nous faisons une petite pause sous un arganier.
Nous rencontrons quelques dromadaires en liberté.

Puis nous rejoignons la grande route qui relie Agadir à Essaouira. Nous rentrons à la maison après plus de deux heures de route.
Il est environ 19 heures quand nous arrivons à Essaouira. Nous passons le reste de la soirée à la maison.


Cherchez l'erreur !
Bonus : passage piéton à Essaouira, il y en a plein comme celui là.


Après cette journée harassante, nous passons une bonne nuit pleine de belles images.

Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
Fichier : 6 Mo
20130902 Essaouira.zip
Fichier : 4.3 Mo
20130903 Meskala - Tidzi.zip