09/09/2013, direction Fes en passant par Azrou.

Après avoir quitté Beni Mellal vers 8h45, nous traversons Azrou

Azrou, dont le nom signifie "le rocher" en berbère est une petite station estivale à 1200 m d'altitude. Elle est située au croisement des routes qui partent de Meknès (63 km) et de Fès (80 km) vers le sud. Les maisons sont construites en pisé et couvertes de tuiles rondes près de la vieille kasba de la fin du XVIIème Siècle.
Au marché du vendredi, mais surtout à la coopérative artisanale, on trouve des tapis berbères de belle qualité, des poteries et des objets en bois de cédre. Azrou reçoit au printemps la foire aux moutons.

Nous nous arrêtons pour déjeuner dans un petit restaurant très sympatique puis nous repartons.

La majestueuse mosquée alNour avec son magnifique minaret, ses ornements de bois et de plâtre sculptés, sa grande salle de prière.

A la sortie d'Azrou, sur la route de Fès, se trouve ce camping.
Il appartient à l'Emir d'Abou d'Abi. Apparemment, et malgré le faste du lieu, il a une bonne cote et n'est pas trop cher.
 
   
L'entrée du camping.
 
L'aire des camping-cars.
 
De la route, à part l'entrée et l'aire des camping-cars, on ne voit que ces toits derrière la végétation.

Après deux heures de route, nous arrivons à Fès.

Fès est à l'heure actuelle la troisième ville du Maroc en terme d'habitants. Sa fondation est traditionnellement située au début du IXe siècle, sous le règne d'Idriss II, mais certains historiens la font remonter à la fin du VIIIe siècle, sous le règne d'Idriss Ier, père du précédent.
Sa médina est placée sous la protection de l'UNESCO ; elle est inchangée depuis le XIIe siècle. Le bleu profond de ses céramiques est l'un des symboles de Fès.

Nous entrons dans la ville à la recherche de l'hôtel que nous avons choisi sur le "Routard". Au premier feu rouge, nous sommes accostés par un homme à moto. Il veut absolument nous conduire à un riad de sa connaissance. Il faut noter que cette pratique est courante dans toutes les grandes villes du Maroc. Nous refusons et continuons notre route. Mais, rien à faire, il nous suit partout et, à chaque arrêt, nous aborde de nouveau.

En désespoir de cause, et en voyant que, trouver une adresse dans cette ville est pratiquement impossible sans guide, nous le suivons. Il nous conduit donc à son Riad. C'est le "dar Aliane". Après avoir visité les chambres et convenu du prix , nous nous installons.
 
Un cadre magnifique, un petit coin de verdure au milieu de la ville.
Nous n'avons pas regretté ce choix.
Par la suite, le guide qui nous a fait venir ici s'excuse de ne pas pouvoir nous accompagner vers la médina (chose qu'il nous avait promise dans les tractations). Toutefois, il fait venir son cousin (ils sont tous cousins) pour prendre la relève. Nous le payons pour ses sevices et nous partons avec le cousin.
Nous traversons Fès, pas facile sans guide, et arrivons au parking de la médina ou nous laissons la voiture.


Nous arrivons devant Bab Boujloud

Bab BouJloud (bab = porte), la porte bleue, s’ouvre sur Fès el-Bali. Elle a été construite au XIIeme siècle, et restaurée vers 1913. Bab BouJloud (on prononce Djelloud) est en émail bleu (couleur de Fès) du côté extérieur et en émail vert (couleur de l’Islam) vers l' intérieur de la médina.
Fès-el-Bali est le plus vieux quartier de Fès, fondé en 809 par les Idrissides, il renferme quelques-uns des plus beaux édifices du Maroc dont les deux monuments édifiés au IXe siècle que sont la mosquée des Andalous et la mosquée Quaraouiyine.

 
Côté extérieur.

 
Côté intérieur.
 
Nous entrons dans la médina et là encore, c'est une merveille de couleurs et d'odeurs.
 
 
Nous parcourons de multiples ruelles sous la direction de notre guide.
Il s'arrête régulièrement et nous explique la médina et ses coutûmes ainsi que les monuments et leur histoire.
Nous arrivons dans le quartier des tanneurs. Grace au guide, nous pouvons monter dans les étages d'une boutique pour voir les cuves et quelques marocains au travail. La forte odeur d'amoniaque est rendu suportable par un bouquet de mente fraîche que l'on nous donne à respirer.

 

Le quartier des tanneurs à Fès, ou Chouara regorge de boutiques proposant des articles en cuir, le plus souvent de très bonne qualité. Situé au coeur de la médina de Fès el bali. Le traitement des peaux nécessitant beaucoup d'eau, , le site est installé le long de l'oued Fès canalisé.
Les bassins de tannage et de colorations des peaux sont serrés les uns aux autres.Les tanneries sont établies ici depuis le moyen âge. C'est un des endroits les plus spectaculaires de la médina.

L'odeur d'amoniaque provient de la fiente de pigeons mélangée à de la chaux, Ce mélange sert à enlever tous les poils et les résidus de chair et de graisse de la peau brute. On utilise ensuite du son de blé pour «éponger» les produits précédents, tout en assouplissant la peau.

 
Passage obligé après la visite, la boutique ou sont exposés toutes sortes d'articles en cuir, souvent très cher. Mais on peut marchander !
Dans le souk des menuisiers, la place Nejjarine abrite une splendide fontaine présentant de nombreux zelliges* ornementaux, et le fondouk* (à gauche) dans l'enceinte duquel a été aménagé le musée des Arts et Métiers du bois.  A droite, l'entrée du souk qui se continue de l'autre côté de la place.
Le fondouk est un édifices du XVIII ème siècle, son architecture témoigne des nouvelles tendances qui ont marqué l'art de bâtir et la décoration monumentale à Fès au début de l'époque alaouite.
Fès compte au total prés de 3 500 fontaines dont 69 fontaines publiques monumentales, souvent des chefs-oeuvre de l’art décoratif.

* Le fondouk ou caravansérail est construit autour d'une grande cour rectangulaire. Une galerie borde la cour sur ses trois côtés. Son toit est en kermouds (tuiles vertes vernissées). Des salles servaient d'entrepôts, d'autres d'hôtellerie pour les marchands itinérants. les animaux porteurs pouvaient être accueillis dans la cour. Souvent le fondouk comprend un ou plusieurs étages dont la disposition est identique à celle du rez de chaussée.
Il existe dans chaque ville des fondouks encore utilisés comme ateliers. Certains n'ont guère changé depuis le temps des caravanes.
Le site des tanneurs (vu plus haut) est aussi installé dans un fondouk.

* Le zellige (vient de l'arabe : زليج, faïence) est un carreau d'argile émaillée dont le décor reproduit l'assemblage géométrique des tesselles de mosaïques posées sur un lit de plâtre. Le zellige, utilisé principalement sur les bâtiments, est un composant caractéristique de architectures maghrebines.
Entrée de la zaouïa (mausolée) de Moulay Idriss II.

Le tombeau du fondateur de Fès : Moulay Idriss II se trouve dans ce sanctuaire. C'est le lieu saint de Fès, il est réservé aux musulmans. L'interdiction de l'accès aux sites religieux aux non musulmans date de 1914. Le maréchal Lyautey est l'auteur d'une loi le précisant. Auparavant, les sites étaient ouverts à l'ensemble des croyants, mais le comportement des soldats qui y venaient en bottes crottées a fini par provoquer cette restriction.
Mosquée Al Quaraouiyine


Lieu de culte et de culture, l'université Al Quaraouiyine est l'une des plus anciennes mosquées du Maroc et du monde islamique. Erigée dans la Médina de Fès sur la rive gauche de l'Oued-Fès, la mosquée, petite à ses débuts, s'est agrandie au fil des siècles pour devenir un édifice exceptionnel et un carrefour incontournable des hommes et des savants du monde arabo-musulman.
Après avoir visité la médina pendant près de deux heures, notre guide nous conduit à un restaurant et nous quitte,
non sans avoir réclamé son dû (ce qui n'était pas prévu dans les négociations de départ).

Nous nous mettons d'accord sur le prix des repas et donnons notre accord. En attendant l'heure de dîner, nous montons boire une petite bière sur la terrasse située sur les toits. Et alors là, encore une fois, nous sommes scotchés par le spectacle.
Tout à coup, les nombreux minarets qui sont éparpillés dans la ville, se mettent à émettre, tour à tour, la prière. C'est une cacophonie remarquable qui ne manque pas de charme. Nous restons sur la terrasse jusqu'à la fin de la prière, puis nous descendaons pour dîner. Nous sommes restés près d'une heure sur le toit pour admirer pleinement le spectacle. Nous avons aussi assisté au couché de soleil.
Des spectateurs attentifs.
Un magnifique coucher de soleil.
Nous redescendons dans le restaurant, magnifique !
Nous nous installons à table, nous sommes les seuls. Vers 10 heures, le restaurant se remplira de touristes.
Nous commandons et sommes servis assez rapidement. Nous nous régalons de salades de crudités, de tajines et de fruits
Après le repas, nous rentrons au riad. Et là, nouvelle galère, nous tournons dans la ville pendant près d'une heure pour retrover l'hôtel. Nous comprenons l'utilité d'un guide. Nous arrivons enfin au riad et allons nous coucher.


Après une bonne nuit, nous nous réveillons vers 8h30, nous allons déjeuner sur la terrasse. Nous nous préparons et reprenons la route direction Meknès.

Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
Fichier : 6.5 Mo
20130909 Fes 1.zip 
Fichier : 5.5 Mo
20130909 Fes 2.zip