15/09/2013 Marché du dimanche à Had Draa - 17/09/2013 visite du port d'Essaouira

Suite de notre journée du 15, après notre sortie nocturne, nous avons passé une bonne nuit et, frais comme des gardons, nous sommes partis visiter un marché typique à quelques kilomètres d'Essaouira.

Le marché de Had Draa

Ce marché est l’un des plus importants du Sud marocain. Très authentique, il est divisé en deux grandes parties : le marché aux bestiaux et le marché des denrées alimentaires et ustensiles de la vie quotidienne. Pour profiter du marché aux bestiaux, il faut être sur place relativement tôt afin d’assister aux négociations soutenues dont les chameaux, moutons, ânes et vaches sont l’objet. Intéressant aussi : le chargement de ces animaux, une fois négociés, dans toutes sortes de véhicules, depuis la charrette, au camion, en passant par le coffre de la voiture ou le siège de la moto. Du producteur au consommateur, certaines bêtes sont abattues sur place et on les retrouve aux étals des bouchers présents sur le marché.
On rencontre les marchands et paysans des campagnes environnantes, venus là pour vendre la marchandise qu’ils produisent dans la région. Les étals débordent alors de fruits et légumes de saison, mais aussi de vêtements (parfois d’occasion), d’ustensiles de cuisine, ou de gâteaux faisant le bonheur des papilles. Pour les plus bricoleurs, c’est aussi l’occasion d’acheter la production des ferronniers et forgerons locaux, tels que clous, fers à chevaux, etc.
On peut aussi entrer dans de grandes tentes pour déguster le traditionnel thé à la menthe, de savoureuses pâtisseries marocaines ou des brochettes de viande. Par contre, ici, pas de siège, on s'assied sur les tapis ou on s'accroupit à même le sol.
C’est une occasion unique pour les touristes de passage de sortir des sentiers balisés et de se mêler à la population locale, en un moment de partage véridique.

 
Le marché aux bestiaux, au fond.
Le transport des animaux.
Les nombreuses tentes sous lesquelles, on peut trouver tout et n'importe quoi.





Du côté de la boucherie.

Ici, la viande, généralement tuée au début du marché, est exposée dans des conditions incroyables.

Par l'odeur alléchée, les Chabod's, pourtant pas gourmands, se firent servir quelques petites côtelettes de mouton. Rentrés à la maison, les doigts ils se lècheront et les côtelettes dégusteront.
miam miam
Ici, il y a tout ce que l'on veut. Les marocains sont les rois de la récup. les grandes cuvettes sont faites avec de vieux pneus.
Les gazelles devant une boutique de harnais, n'y voyez aucune allusion !
Le retour, hommes ou animaux, c'est tout pareil !
A part notre sortie au marché d'Had Draa, notre semaine se passe au calme, à l'appartement, à la plage et à la médina.

Mardi 17, en fin d'après-midi, nous passons par le port, nous y verrons sûrement d'autres choses que l'autre fois (06/09)..
La médina derrière le port.
On pêche encore avec des barques.
Le Port d'Essaouira vit le jour au XVIIIème siècle, lorsque le Sultan Sidi Mohamed Ben Abdellah décida de construire sur l'avancée rocheuse du Cap Mogador un abri servant de base navale, le Port de Mogador, fut aussi surnommé "Port de Tombouctou", lorsqu'il servait à relier l'Afrique Noire à l'Europe et à l'Amérique.
Essaouira est aujourd'hui un joli petit port de pêche, le troisième port sardinier du Maroc, qui connaît une vie intense, surtout au moment de l'arrivée des bateaux, en fin de matinée. Sur les quais encombrés de bateaux, les pêcheurs réparent les filets bleus ou brun rouge, couleurs dominantes du port.
D'autres préparent leurs appâts, accrochant des sardines aux hameçons.
Chaque matin, sardines et crustacés sont vendus à la criée.
On déguste la sardine grillée en plein air, dans les petits restaurants du port.
Même si l'activité du chantier naval diminue, on y construit et on y répare encore des bateaux de pêche, selon les techniques et avec le matériel des anciens charpentiers de marine.

Un chalutier entre au port.
Arrivé au port, il faut trouver une place !
D'autres bateaux sont déjà arrivés et en cours de déchargement.
 
C'est l'effervescence, une partie de la pêche est chargée dans des camions, une autre part directement à la médina ou est vendue sur le port.
Les remparts, avec la porte de la marine, séparent le port de la médina.
Ci contre, la station météo.


Une petite balade dont on ne se lasse pas.

Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
Fichier : 8 Mo
20130915 Essaouira le Sirocco - Had Draa.zip