Journée du 22/09, la palmeraie

Aujourd'hui, nous partons en randonnée dans la palmeraie, au programme : piste, marche et nuit berbère.


En route pour la palmeraie, les enfants partent en avant à dos d'ânes. Pour l'instant, il suffit de rejoindre le taxi berbère, qui nous attend au bord de la route. Nous allons faire un bon morceau de belle route avant de traverser le Drâa et rejoindre une piste qui longe la palmeraie.
Nous longeons la palmeraie sur une piste de cailloux et de sable. Tout le long, nous croisons des villages.
Un marabout.
Une kasbha plus ou moins abandonnée.
Au Maghreb, un marabout est un saint musulman local reconnu dont le tombeau peut être l'objet d'un culte populaire. C'est aussi le nom donné, au tombeau lui-même
Après avoir été secoués pendant une heure, nous nous arrêtons dans la palmeraie.
La palmeraie
La palmeraie du Drâa est la plus grande au monde avec 220 Km de longueur, allant de Agdz à M’hamid Lghizlane, 18 km de largeur et pas moins de 1 500 000 palmiers. En plus il s’agit d’une palmeraie dynamique car elle renferme des populations locales qui forment pratiquement 60% de la population de la province de Zagora et qui y vivent en pratiquant l’agriculture et l’élevage, entre autres…
La palmeraie est composée de centaines, voire de milliers de petites propriétés délimitées par des murets en terre. Pour circuler, on empreinte des sentiers situés entre les terrains. Ces sentiers sont longés par des canaux d'irrigations. De nombreuses pompes sont disséminées dans la palmeraie et fonctionnent tour à tour pour alimenter les canaux en eau. De jeunes marocains passent régulièrement avec leur bêche et dévient l'eau en supprimant ou créant des barrages de terre. Ce sont eux également qui gèrent les pompes.
De nombreux arbres fruitiers sont cultivés dans la palmeraie : Olives, amandes, figues, etc.. Ci-dessus, des grenades.
Originaire d’Arabie et indissociable de l’oasis, le palmier dattier appartient au groupe de palmiers le plus primitif. Apparu il y a 100 millions d’années, il apporte ombre et fraîcheur. C’est la plante miracle dont les palmes servent de combustible, de brise vent, de matériaux pour la confection de nattes, meubles, vannerie. Le stipe (ce n’est pas un tronc) est transformé en gouttières ou en poutres pour les toitures. Quant aux dattes, elles ont une grande valeur nutritive. Différentes variétés existent. Elles se distinguent par la couleur, la forme, la taille et la saveur.
 
Les "jardins" sont délimités par des chemins et murs de terre. Les canaux, alimentés par les pompes, distribuent l'eau dans les parcelles.
Après cette petite visite de la palmeraie, nous reprenons la piste avec le taxi.
Charmante bestiole !
Vers 12h30, nous arrivons au bord du Drâa. à cette endroit, il y a beaucoup d'eau. Nous faisons une petite pause puis nous repartons à pieds, ou presque.
Les pauvres bêtes, en temps normal, elles n'ont pas la vie facile, mais là !
Nous circulons entre les parcelles.
 
Nous traversons l'oued, à sec à cet endroit.
Il est 13h30 lorsque nous arrivons à la tente berbère (dans la palmeraie) ou nous allons déjeuner, dîner et passer la nuit. Nous sommes épuisés.
Nos hôtes commence à préparer le tajine de mouton.
Pendant qu'il cuit, on nous prépare la salade marocaine.
et le thé, toujours !
Pendant le repas, nos hôtes déjeunent un peu à l'écart.
Seul Nourdine déjeune avec nous. Nous nous régalons encore une fois. Il est 15h30 lorsque nous avons terminé.
Après une petite pause/sieste, nous rejoignons le taxi pour la suite de la randonnée.
Nous traversons de nouveau une partie de la palmeraie à pieds. Nous nous installons dans le taxi et en route.

La piste est encore pire que le matin. On traverse toujours des petits hameaux habités. On se demande comment des gens peuvent vivre dans des endroits aussi retirés avec pour seuls moyens de transport, des ânes et des mobylettes.

Un cimetière juif près d'un village.
Sur presque toutes les tombes, il y a des tasses retournées.
Sans doute une tradition !
Il est 21 heures lorsque nous rejoignons la tente dans la palmeraie.
Pendant que nous nous reposons de cette dure journée, Nourdine nous chauffe l'eau pour le thé.
Le plat du jour, brochettes de foie de mouton et de gras du même animal.
Ce sont Mustapha (le propriétaire des lieux) et Nourdine qui les préparent.
La cuisson demande une attention toute particulière, il faut une cigarette, des ventilateurs et de la tchatche. Heureusement on a des spécialistes !.
A l'arrivée des brochettes, on se pose des questions. !
N'oublions pas le thé.
Nourdine nous sert les brochettes, (les gazelles n'en veulent pas).
Christian et moi sommes surpris tellement c'est bon, la viande fond dans la bouche et le goût est merveilleux. Comme dit Christian, "le petit Jésus en culotte de velour" !
Heureusement (pour les filles), on nous prépare une omelette berbère. Elle est composée d'oeufs, de légumes divers et d'épices.
Tout le monde se régale, le plat est nettoyé en quelques minutes.
Une fois rassasiés, tout ce petit monde s'installe pour la nuit.
Il est minuit, mes frères, dormons.
Encore une belle journée de passée, épuisante, mais riche en souvenirs.
Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
Fichier : 8.2 Mo
20130922 Douar Oulad Otman - la palmeraie 1.zip
Fichier : 7.5 Mo
20130922 Douar Oulad Otman - la palmeraie 2.zip