Journée du 24/09, retour de Zagora, visite d'une Kasbha et retour sur Ouarzazate.

Le mot "kasbah" ou "casbah" possède un sens très large. Dans chaque pays, et même dans chaque région, il est appliqué à une construction différente : d'un fort isolé en pleine campagne jusqu'à un quartier de la ville à l'intérieur duquel se rassemblaient les administrations de l'État et l'armée. Au sud-est du Maroc, cependant, on parle généralement de casbah quand on veut désigner un bâtiment de plan carré avec quatre tours aux angles, construit en terre crue et destiné d'habitude à loger une famille de notables. Ce type d'habitat est d'origine berbère et dans cette langue on l'appelle tighremt. Le mot casbah est récent et a été introduit à l'arrivée dans la région vers les années 1920 de citoyens arabes et français.Les casbahs les plus anciennes datent du XVIIIe siècle, peut être du XVIIe siècle dans quelque cas, mais la plupart ne dépassent guère la centaine d'années, car auparavant la population des vallées présahariennes habitait dans les ksours.
L'apparition des ksour est liée à l'émergence du pouvoir caïdal. L'organisation égalitaire berbère autour du conseil de village s'effrite. Des villages fortifiés jalonnent alors les passages caravaniers et les bordures des oueds. Ensuite, apparaissent les kasbahs, véritables châteaux forts familiaux à plans rectangulaires munis de tours d’angles.
Les Othmane sont une famille issue des Oulad Yahya, tribu qui se serait installée puis sédentarisée dans la vallée du Drâa vers le XVIIe siècle. Au début du XIXe siècle, le cheikh Othmane Ben Masoud fait officialiser sa position auprès du Makhzen (gouvernement du sultan) dont la préoccupation face à l’intervention Européenne incite à renforcer l’emprise des cheikhs et caids locaux dans les régions lointaines, dont le Drâa. Plus tard, le sultan Moulay Abderrahman nommera Othmane Ben Masoud, cheikh de tous les Oulad Yahya, par un Dahir (décret royal) datant du mois choual* de l’année 1845. Ce rang sera conforté par le sultan Moulay El Hassan (1873-1894) pour le cheikh El Arabi Ben Othmane, un des grands caids du Drâa. Mohammed sera le dernier caïd Othmane (au sens historique du terme). Il décèdera lors des événements devant mettre un terme au protectorat français. Cette occupation étrangère aura favorisé le développement d'une grande partie des kasbahs de la vallée, notamment celle d'Oulad Othmane. Les Français avaient conforté le pouvoir des caïds locaux qui acceptaient de se mettre à leur service pour maintenir leur autorité dans cette région.

*Chawal est le dixième mois du calendrier musulman. Il est marqué par l'Aïd el-Fitr (la fête de la rupture du jeûne), qui a lieu le premier jour de ce mois, qui vient juste après le mois de Ramadan.
Les musulmans pieux ont l'habitude de pratiquer six jours de jeûne supplémentaires pendant ce mois (les six jours de chawal) pour compléter le jeûne de l'année.
Curieux pied de nez à l'histoire, un quart de siècle plus tard, d'autres Français se sont liés d'amitié avec le petit fils de cette kasbah familiale. Cette rencontre providentielle a déclenché le processus de restauration de cet édifice du XVIIIe siècle qui appartient toujours à la famille historique. En appliquant les techniques et en utilisant les matériaux ancestraux, les meilleurs ouvriers de la région ont redonné toute sa splendeur à ce vénérable édifice. Ici pas de béton. Des fondations jusqu'aux multiples terrasses, on ne trouve que murs en pisé, brique de terre et planchers en palmiers, tamaris, roseaux et palmes, le tout fabriqué ou débité dans la vallée et transporté à dos d'ânes. Aménagée en maison d'hôtes depuis mars 2008, cette ancienne forteresse propose le confort d'aujourd'hui avec ses chambres systématiquement équipées de sanitaires complets avec eau chaude. A ce détail près, et malgré la piscine balnéo sportive installée dans la cour intra-muros, c'est le respect de son histoire et de ses origines qui ont dicté les travaux et différents aménagements, jusqu'à l'accueil effectué par un Othmane, le fils de la maison et petits fils du dernier caïd de la famille de l'époque du sultanat marocain. Alors que la plupart de ces imposantes bâtisses disparaissent, pénétrer au coeur de celle-ci, l'une des plus importantes de la vallée, est un véritable ravissement.
La hauteur est impressionnante.
un four à pain encore en usage.
 
A sa grande époque, cette Kasbah abritait plus de cent personnes.
Autour de la Kasbah, le village d'Oulad Othman.
Il suffit de traverser la route pour se retrouver dans la palmeraie.
 
Les touristes.
Défense d'entrer.
 
Le village derrière les barreaux.
La salle du "Conseil des anciens" dans laquelle tout se décidait.
Nourdine.
Le village.
Nous avons droit à la cérémonie du thé.
La petite qui cassait des amandes !
Une belle porte d'origine.
Nous quittons la Kasbah
 
et nous retrouvons chez nos hôtes pour un dernier repas que nous dégustons
avec délice. La maman de Nourdine nous a préparé un plat de légumes frits absolument merveilleux, suivi d'un couscous au boeuf, de fruits et du Thé.
Il est 15h45 lorsque nous faisons nos adieux à toute cette famille vraiment très accueillante. Si vous avez l'occasion de vivre cette expérience, n'hésitez pas. Le manque de confort n'est rien à côté de l'accueil que nous avons connu.
Nous reprenons, ensuite, la route de Ouarzazate.
Nous arrivons vers 18h30 à Tabounte, à quelques kilomètres de Ouarzazate.
Sur les conseils que nous avait donné Nourdine, nous trouvons l'hôtel "La vallée"
Un hôtel tout à fait correct, pour 400 Dh par chambre (environ 35 €) nous avons le dîner, le petit déjeuner, l'accès à la piscine et le wifi.
Que demander de plus !
Notre chambre avec salle de bain.
Vue sur la piscine.
Côté piscine vu de la terrasse ou nous dînerons, nos chambres sont en face.
Une autre terrasse du côté de l'entrée.
C'est l'heure de dîner, salade marocaine, tajine de kefta (boulettes de viande) et quelques tranches de melon.
Avant d'aller au lit, nous allons faire un tour en ville. Malgré l'heure tardive, les rues sont bondées de monde.
Nous rentrons ensuite pour nous coucher, il est 22 heures.
Encore une sacrée journée de passée, le repos est bien mérité.
Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
Fichier : 8.5 Mo
20130924 Zagora - Ouarzazate 2.zip