De Guarda à Lisbonne


Après avoir bien dormi, pris notre petit déjeuné et nous être préparé, il est 8h30 (9h30 chez nous) quand nous reprenons la route.
Il fait 10° et il y a du brouillard. Nous avons plus de 300 Km à faire pour atteindre Lisbonne. Au bout d'une heure, heureusement, le temps s'est dégagé et la température est redevenue convenable. La route est sans histoire, partagée entre autoroutes, nationales et départementales au gré du GPS. En effet, celui-ci nous fait quitter les autoroutes lorsqu'elles deviennent payantes. Nous ne nous arrêtons pratiquement pas, nous voulons arriver avant la nuit.
Castelo de Almourol

Le château d'Almourol (Castelo de Almourol), érigé en 1171 par Gualdim Pais, maître de la province du Portugal (Ordre du Temple), se trouve sur une petite île rocheuse au milieu du Tage au Praia do Ribat. Il a servi de forteresse aux chevaliers de l'Ordre du Temple pendant la Reconquista.

La première occupation du site est ancienne. Les premiers Lusitaniens en auraient déjà fait une place forte à l'époque et ce site a été occupé depuis la Rome Antique jusqu'à la fin du Moyen Âge. Il est certain que lorsque les troupes portugaises sont arrivées sur les lieux, le château existait déjà et était alors appelé Almorolan. Le site a été confié aux chevaliers de l'ordre du Temple qui en ont fait une base pour leurs opérations entre le Mondego et le Tage. Comme ils étaient également chargés de la protection de la capitale d'alors, Coïmbra, le château a été reconstruit et les éléments architecturaux qu'ils y ont apportés sont toujours visibles à ce jour. Grâce à une épigraphe placée sur la porte principale, on sait que la reconstruction a été achevée en 1171, soit deux ans après la construction du château de Tomar (à environ 30Km). Il existe de nombreux points communs entre ces forteresses qui appartiennent au même style d'architecture militaire templière. Les deux châteaux sont construits selon une disposition quadrangulaire. Les remparts sont protégés par neuf tours circulaires et il y a également une tour servant de prison au centre de la structure.
Lorsque l'ordre du Temple fut dissous, les châteaux d'Almourol et de Tomar furent donnés à un nouvel ordre, l'ordre de la chevalerie de Notre Seigneur Jésus-Christ, aussi appelé Ordre du Christ, fondé le 14 mars 1319.
Aujourd'hui, Le château est en bon état de conservation. Il se trouve sur l'île Rio Tejo (Ilhota do Rio Tejo, le Tejo , c'est le Tage) dans la municipalité de Vila Nova da Barquinha et peut être visité gratuitement. Les visiteurs ont juste à payer un prix modique afin d'accéder au site en bateau.
Vers 15 heures, nous commençons à voir des cigognes dans les champs, puis nous passons sous un grand eucaliptus dans lequel elles ont élu domicile. Nous nous arrêtons tellement le spectacle est magnifique.


Lisbonne
Nous arrivons en fin d'après midi à Lisbonne. Trouver le camping a été une vraie galère tellement la circulation est dense et compliquée dans cette ville. Enfin, nous arrivons au camping Monsanto, sur les hauteurs de Lisbonne. Très beau camping sous les arbres ou tout est prévu pour les CC, nous y passerons trois jours complets. Comme il est tard, nous allons prendre une douche, nous dinons et allons nous coucher.
Dimanche 8 juin
Vu les conditions de circulation, nous ne nous déplacerons qu'en bus, comme tous les touristes, ici. Les stations se trouvent à l'entrée du camping et les bus nous mènent n'importe ou dans la ville.
Pour notre première visite, nous descendons au bords du Tage, nous arrivons sur une grande esplanade. La Praça do Império (place de l'Empire) fut construite à l'époque de "l'Exposition du Monde Portugais" (1940), événement commémoratif des 800 ans de l'Indépendance du Portugal et des 300 ans de la Restauration de l'Indépendance.
Lisbonne, la petite histoire.    
Mosteiro dos Jeronimos (Monastère des Hiéronymites)

Sur l'emplacement d'un ermitage fondé par Henri le Navigateur, le roi Manuel Ier entreprit en 1502, un peu après le retour de Vasco de Gama de son premier voyage en Inde, de bâtir un magnifique monastère destiné aux religieux de l'ordre des hiéronymites. Il a été en grande partie financé par les profits du commerce d'épices et les richesses rapportées des grands voyages portugais du XVIe siècle en Inde et aux Amériques.
Le monastère constitue l'œuvre architecturale la plus aboutie du style manuélin*. Bénéficiant de l'afflux de richesses à Lisbonne, les architectes purent se lancer dans une œuvre de grande envergure. Diogo Boitaca fut le premier architecte du chantier et adopta dès 1502 le style gothique. Mais à partir de 1517, ses successeurs modifièrent ce style et y ajoutèrent l'appareil ornemental caractéristique du style manuélin où se retrouvent diverses influences. João de Castilho, d'origine espagnole, donna à la décoration une tournure plateresque*; Nicolas Chanterène mit en relief les thèmes de la renaissance; enfin, Diogo de Torralva et Jérôme de Rouen apportèrent une note de classicisme.
Le monastère a échappé au séisme de 1755 qui a ravagé Lisbonne mais a été endommagé par les troupes napoléoniennes au début du XIXe siècle. En 1834, avec l'expulsion de l'Ordre religieux des hiéronymites, l'église Sainte-Marie des hiéronymites est devenu une église paroissiale pour les habitants de la paroisse de Sainte-Marie de Belém (Santa Maria de Belém).
Des bâtiments ajoutés au milieu du XIXe siècle à l'ouest du clocher affectent quelque peu l'harmonie architecturale de l'ensemble qui étaient jusque là respectée. On y a installé les musées de la marine et de l'archéologie.
Classé monument historique en 1907, le monastère est inscrit sur la liste du patrimoine mondiale de l'UNESCO en 1983.

*Le style manuélin ou art manuélin est un terme adopté au XIXe siècle afin de désigner l’esprit créatif portugais qui s'est développé sous le règne du roi Manuel Ier du Portugal à la fin du XVe siècle.
* Le style plateresque (plateresco en espagnol) est un style architectural de transition entre l'art gothique et la Renaissance.

La magnifique façade du monastère avec, en face, la Fonte Luminosa (Fontaine Lumineuse) qui crache de l'eau de 70 manières différentes, le tout illuminé.
Tous les soirs, un spectacle d'une heure est programmé. 

A gauche, la queue à l'entrée du monastère. 2 heures d'attente nous ont découragés. Nous en avons profité pour visiter l'église Santa Maria de Bélem accolée au bâtiment.

Igreja de Santa Maria de Belem (église Santa Maria de Bélem )
Vers la moitié du XVème siècle, le Prince D. Henrique a fait amplifier une petite chapelle qui avait été fondée dans le quartier de Restelo, invoquant Notre-Dame de l'Étoile, protectrice des navigateurs. Sans oublier la premiere invocation, le Prince dédia la nouvelle Église à Sainte Marie de Bethléem (Belém). Il confia l'ermitage à l'Ordre du Christ, et ordonna qu'il continue à servir d'appui aux navigateurs.
Le 14 octobre 1459, le Pape Pie II publia une Bulle où il conférait le statut d'église paroissiale à l'ermitage de Sainte Marie de Bethléem. En 1496, au même endroit, D. Manuel a fait construire un grandiose Monastère, après avoir demandé l'autorisation au Saint-Siège. D'origine française, semble-t-il, venu peut-être du Languedoc, le maítre Diogo Boitaca (ou Boytac) (1450-1517) a été choisi pour dessiner le vaste ensemble architectural (église, cloítre, dortoirs, ateliers, réfectoire et palais royal), qui est une oeuvre projetée selon les lignes du gothique tardif portugais, appelé «manuélin». En 1517, le maître João de Castilho a reformulé le projet et a introduit des éléments d'un nouveau langage architectural. Apres la mort du roi, son fils et successeur, D.João III demanda à Diogo de Torralva (1540-1551) d'orienter les travaux. La volonté de D. Manuel était que la nouvelle Église continuât à donner une assistance spirituelle aux navigateurs et aux voyageurs qui passaient par les plages du quartier de Restelo. Il souhaitait aussi que ses restes mortels ainsi que ceux de ses descendants royaux y reposent. Pour réaliser ces pieuses missions, le monarque a fait venir du monastère de Penha Longa, pres de Sintra, les moines hiéronymites, qui demeurèrent à Belém jusqu'à 1833, un an avant l'extinction des ordres religieux.
La construction commença le 6 janvier 1501 ou 1502, jour de l'Épiphanie ou fête des Rois Mages. A l'époque, la forte symbolique représentée dans l'ornementation du monastère fit de ce lieu une sorte de "nouvelle Bethléem", ou nouvelle crèche, un nouveau point de départ pour la chrétienté.
Tombeau de Vasco de Gama
Tombeau de Luis de Camões
né vers 1460 ou 1469 à Sines au Portugal et mort le 24 décembre 1524 à Cochin aux Indes, fut un grand navigateur portugais, traditionnellement considéré comme le premier Européen à arriver aux Indes par voie maritime en contournant le cap de Bonne-Espérance, en 1498.
Luís Vaz de Camões, dit « le Camoëns »,fut un poète portugais, né vers 1525 et mort le 10 juin 1580 à Lisbonne.
Auteur de poèmes dans la tradition médiévale (redondilhas) ou pastorale, de sonnets inspirés de la Renaissance italienne, et particulièrement de l'épopée nationale des Lusiades (en 1572 mais peut-être déjà achevée en 1556), Camoës est considéré comme le plus grand poète du Portugal et fait l’objet d’un culte de la part du peuple portugais en général, et de gens de lettres en particulier, à l'instar de Shakespeare. L’épopée des Lusiades est associée au renforcement du sentiment national portugais et a contribué à son essor. Son œuvre peut être comparée à celles de Virgile, Dante ou Shakespeare.

Nous décidons de visiter le musée archéologique, installé dans le Couvent des Carmes (Convento do Carmo), lui même attenant au monastère. Nous y passerons une petite heure à voir des poteries, des bas-reliefs, des azulejos et des tombeaux. Le tout passant en revue plusieurs époques, bien sûr : depuis l’âge de bronze au gothique, en passant par l’époque mauresque et le roman.

 
Nous ressortons de cette petite visite vers 11h, trop tôt pour aller déjeuner.
Nous descendons sur les bords du Tage ou se trouvent Le Padrão dos Descobrimentos (Monument aux Découvertes) et la Torre de Belém (Tour de Belém).
Une balade de 3kms aller retour. Comme toujours, des queues interminables pour visiter ces monuments.

Le Padrão dos Descobrimentos et la foule qui patiente sous le soleil.
Comme partout, des saltimbanques animent les alentours des monuments.
 
Depuis la berge du Padrão, on a une vue sur le "Ponte 25 de Abril", en amont.
Il rappelle le Golden Gate Bridge de San Francisco c'est le 17e pont suspendu le plus long au monde; il relie Lisbonne à tout ce qui se trouve au sud du Tage. Lorsqu’il fut construit en 1966, le pont était le 3e plus long pont de ce type, couvrant 2 277 mètres, avec six voies de circulation sur la plateforme supérieure et une double voie ferroviaire sur la plateforme inférieure.
En aval, on peut voir, en arrière plan, la tour de Belém à environ 800m
et, au loin, le terminal céréalier de Trafaria sur l'autre rive, à l'embouchue du Tage.

La route nationale n° 6 ( EN6 ou N6 ), mieux connu sous le nom de " Avenida Marginal " (ou simplement " marginale"), est une route nationale qui relie Lisbonne à Cascais. Elle longe le Tage sur une grande partie de la ville. On ne peut la traverser à pied que par des passages souterrains ou des passerelles. A l'endroit qui nous interresse, il faut passer par un souterrain pour aller de la Praça do Império à la berge du Tage. La circulation y est permanente.

Après avoir longé le tage sur 800m, nous arrivons à la Torre de Belém. Ici encore une queue interminable, nous la visiterons plus tard.
Il est près de midi et il fait très chaud, un peu d'ombre est la bienvenue.
Nous pouvons aussi assister à la relève de la garde du Monumento Combatentes Ultramar (Monument des Combattants d'outre mer).

Après avoir rejoint le monastère, nous nous mettons en quête d'un restaurant. Pas si facile que cela. Entre les prix prohibitifs (boîtes à touristes) et les établissement complets, nous mettons près d'une heure à trouver notre bonheur. C'est là que nous découvrons, pour un prix plus que raisonnable, la Bacalhau a bras (morue à la portugaise) une façon merveilleuse de préparer la morue.

Cet après midi, nous visiterons Le Padrão dos Descobrimentos et la Torre de Belém.

Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
Fichier :10.5 Mo
20140607 Guarda a Lisbonne.zip
 
Fichier : 11.7 Mo
20140608 Lisbonne 1 Belem.zip