Vila Nova de Cerveira (Portugal) - Cesantes (Espagne)

Mercredi 18 juin, il est environ 8 heures lorsque nous levons le camp. Il fait déjà 20°. Nous prenons la route de Viana de Castello.
L'odeur de gas-oil est revenue, Il semble que le carburant fuie abondamment. Pas de garage en vue, nous sommes en pleine campagne. Nous trouvons enfin un garage, mais celui-ci a cessé son activité. Le patron nous indique un mécanicien pas trop loin. Nous nous y rendons, c'est un centre de réparation de motoculture. Nous discutons avec le patron (pas facile) il nous fait comprendre qu'il ne peut réparer un camping-car. J'insiste et je lui montre le problème. Tout change, il m'emmène dans son magasin et me trouve de la durite comme il faut. Je veux la changer, mais il veut le faire lui même. La réparation terminée, je lui en demande un morceau au cas ou une des 3 autres fasse pareil. Il me donne le rouleau qu'il a utilisé. Au moment de payer, impossible, il refuse absolument notre argent. C'est pas la France ! Une fois cette réparation faites, le problème de gas-oil est résolu, mais pas celui du pot d'échappement.
Le pot d'échappement !
 
Le pot d'échappement faisant de plus en plus de bruit, Je suis à la recherche d'un autre garagiste. Vers 9 heures, au bord de la route, je vois un garage BMW, je décide de m'arrêter. Plusieurs hommes en costume discutent devant le hall. Je leur expose mon problème, mais ils ne me comprennent pas. Ils finissent par aller chercher un autre homme dans le garage (au sous sol). Celui-ci est français et habite la région depuis plusieurs années. Il est content de rencontrer des Français. Il regarde sous le camping-car et me dit qu'ici ils ne peuvent pas réparer. Il me propose de me conduire chez un ami qui pourra le faire. Nous nous mettons en route, lui dans une camionnette de service ouvre la route. Nous roulons bien une dizaine de minutes avant d'arriver à destination, donc une vingtaine de kilomètres. C'est un petit garage qui ne paie pas de mine. Notre guide explique le problème au patron. Ce dernier vérifie le pot et, par l'intermédiaire de son ami, me dit que le tube est fendu dans la longueur et qu'une soudure ne tiendrait pas, il faut remplacer le pot. Pas le choix, je donne donc mon accord. Notre guide prends congé, nous lui demandons combien nous lui devons, la réponse est "rien". Une bonne poignée de main pour moi et la bise de Brigitte suffisent. Après son départ, le garagiste va voir dans ses catalogues et cherche le modèle de pot. Il le trouve et me dit que la réparation coutera : 88€25. Je pense qu'il s'agit du prix de la pièce et j'accepte.
Et là, surprise, il va dans son arrière boutique, au fond du garage, je l'entend fourgonner et le vois revenir avec un pot neuf identique au mien, je pensais qu'il serait allé le chercher chez son fournisseur. Il est en une seule pièce (du moteur à l'échappement). Je lui demande combien de temps pour la réparation à cause de la chaleur, le frigo n'étant plus alimenté. Il me répond qu'il lui faut une demi-heure et me propose de brancher le camping-car sur une prise de courant.
Il se met ensuite au travail et finit dans les temps. Nous sommes très contents et je lui demande la facture. Et là, encore une surprise, la somme qu'il m'avait annoncée comprenait les pièces et la main d'œuvre. Je paie en liquide en ajoutant un bon pourboire. Il est rès content et nous nous quittons.
Le camping-car ne fait plus de bruit et cela ne m'a pas couté cher. Combien cette opération nous aurait elle coûté en France ?

Nous reprenons notre route, vers midi, nous nous arrêtons pour déjeuner dans une forêt. Petite pause avant de repartir. Nous passons à Viana do Castello, nous y faisons quelques course, le plein de Gas-oil et nous repartons. Vers 16h nous traversons un joli village, Vila Nova de Cerveira, nous nous arrêtons pour faire quelques photos.

L'église de Saint-Cyprien est l'Eglise Matriz (église mère) de Terras de Cervaria ou plus précisément la ville portugaise de Vilanova de CERVEIRA, l'une des municipalité les plus populaires de Alto Minho, ainsi que des populations frontalières les plus fréquentées par les Galiciens qui affluent vers sa foire hebdomadaire le samedi.
L'église Matriz est située au coeur de la ville, sur une grande place entourée de restaurants et de cafétérias, ainsi que la Pousada (auberge) de D. Dinis, l'ancien roi du Portugal, située à l'intérieur d'une grande muraille.
L'intérieur est comme dans beaucoup d'églises au Portugal, richement décorée.
Sur la Praça da Liberdade (place de la Liberté), une belle maison recouverte de céramique verte, la Casa dos Marraques.
Il est presque 17 heures lorsque nous reprenons notre route. Nous empruntons un autoroute, dons le voyage est un peu monotone. Nous arrivons à Cesantes après 19 heures. Nous sommes en Espagne et n'avons même pas vu la frontière.
Nous arrivons en face d'un important bras de mer, l'Enseada se San Simon, bordé par ne plage immense. Face à la plage, une petite île habitée, San Simon, qui a donné son nom au lieu.
 
"Ne pas manger les fruits de mer. Péril sanitaire". Heureusement, nous n'avons ni l'intention de nous baigner, ni celle d'aller aux coquillages.
Nous sommes au bout de la plage. Au loin, Cesantes et sous les premiers arbres, le parking..
Un grand parking avec des emplacement pour les camping-cars. Nous allons y passer la nuit.
de Cesantes à Saint Jacques de Compostelle
Jeudi 19 juin, je me réveille vers 8 heures, le ciel est gris et il fait 17°. Je déjeune et je vais explorer le coin pendant que brigitte termine sa nuit.

Une balade très agréable, toutes ces barques et la brûme du matin sont très reposants. Quand je retourne au camping-car, Brigitte s'est levée et a tout préparé pour le départ. Il est 9h et la température a déjà bien monté. Nous reprenons notre route, direction St Jacques de Compostelle.

Une jolie petite chapelle, mais, en piteux état.
  Ici, pas de perte de place : Vigne qui sert de toit et cultures diverses en dessous.
Tout au long de la route, on peut voir ces étranges silos surélevés, des hórreos.
Un hórreo est un grenier typique du nord-ouest de la péninsule ibérique (principalement en Galice , les Asturies et le nord du Portugal ), construit en bois ou en pierre, isolé du sol par des piliers (pegollos dans des Asturies , esteos en Galice , abearriak en basque) se terminant en pierres plates (Vira-ratos en galicien, mueles ou tornarratas en asturien, ou zubiluzea en basque) pour éviter l'accès des rongeurs . Des fentes dans les murs assurent la ventilation.
les hórreos servaient autrefois à sécher le maïs et à le conserver pour en faire de la farine (pain) et de la nourriture pour les bêtes durant l’hiver. Avec la modernisation agricole, les hórreos n’ont plus la même utilité, ils servent de garage, de débarras et même de chenil ! Apparemment, c'est aussi un élément décoratif, car, nous avons croisé des fabricants et nous avons vus des constructions neuves, voire modernes..
Arrivée à St Jacques vers 11 heures. Impossible de trouver un camping à un prix raisonnable. Nous avons cherché pendant une heure et il est l'heure de déjeuner. Nous stationnons sur un terre plein en périphérie de la ville et faison une bonne pause d'une heure. Nous repartons ensuite pour nous rapprocher de la cathédrale. Pas facile non plus de se garer, nous trouvons, enfin, une place. Par contre, nous ne savons pas trop ou nous somme et comment arriver à la cathédrale. Nous marchons donc au hasard et trouvons un arrêt de bus. S'apercevant de notre embarras, une jeune femme très sympathique engage la conversation et nous indique comment aller à la cathédrale. Comme elle va dans la même direction, elle nous accompagne en bus, presque jusqu'à notre but et nous explique comment revenir après notre visite. Il ne nous reste que quelques centaines de mètres à faire. Nous la remercions et continuons notre chemin.
Saint Jacques de Compostelle
Saint Jacques de Compostelle - Santiago de Compostela - en Galice est une ville inscrite au Patrimoine Culturel de l'Humanité par l'UNESCO en 1985. Elle possède une très longue histoire et une cathédrale qui compte parmi les plus célèbres du monde. Cette ville est connue dans le monde entier pour son pèlerinage.
Saint Jacques de Compostelle est une importante ville de pèlerinage pour les chrétiens, ce qui représente un de ses principaux attraits touristiques. De fait, la référence de la capitale de Galice est la cathédrale dédiée à l’apôtre Jacques de Zébédée. La cathédrale est une visite obligatoire avant d’aller sur la Plaza del Obradoiro.
L’autre monument emblématique de Saint Jacques de Compostelle est son université, qui date de plus de 500 ans et qui lui confère une réputation de ville universitaire.
“Pour son extraordinaire ensemble de monuments regroupés autour de la tombe apostolique de Jacques de Zébédée et en tant que destination des pèlerinages chrétiens entre les XIe et XVIIIe siècle, Saint Jacques de Compostelle est sans aucun doute un des biens les plus précieux du patrimoine de l’humanité.
Les monuments de la ville lui confèrent des valeurs spécifiques et universelles. Au caractère unique de ses chefs œuvres d’art romain et baroque, il faut ajouté l’importante contribution esthétique des éléments diachroniques et variés, utilisé pour la construction d’une magnifique ville, riche en histoire mais à la fois intemporelle.
Le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle ou pèlerinage de Compostelle est un pèlerinage catholique dont le but est d'atteindre le tombeau attribué à l'apôtre saint Jacques le Majeur, situé dans la crypte de la cathédrale.
Créé et instauré après la découverte du supposé tombeau de saint Jacques au début du IXe siècle, le pèlerinage de Compostelle devient à partir du XIe siècle un grand pèlerinage de la Chrétienté médiévale. Mais c'est seulement après la prise de Grenade en 1492, sous le règne de Ferdinand d'Aragon et d'Isabelle la Catholique, que le pape Alexandre VI déclare officiellement Saint-Jacques-de-Compostelle lieu d'un des « trois grands pèlerinages de la Chrétienté », avec ceux de Jérusalem et de Rome.
Récemment, l'interprétation du sanctuaire catholique subit une évolution doctrinale : le mot « tombeau » a disparu des discours des derniers papes depuis Jean-Paul II. Jean-Paul II parlant du « mémorial de saint Jacques », sans utiliser le mot « reliques » et Benoît XVI disant simplement que la cathédrale de Compostelle
« est liée à la mémoire de saint Jacques ».
Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, qui correspondent à plusieurs itinéraires en Espagne et en France, ont été déclarés en 1987 « Premier itinéraire culturel » par le Conseil de l'Europe.
La cathédrale (en travaux) et la Plaza del Obradoiro, toujours pleine de monde.
La cathédrale est un monument spectaculaire qui, bien que considéré comme un chef-d'œuvre du roman, se caractérise par son mélange de styles.
Sa construction commença en l'an 1075 sous le règne d'Alphonse VI et sur les instances de l'évêque Diego Peláez. Les travaux, dirigés par le maître Esteban, furent entrepris sur les vestiges d'anciens temples placés sous le patronage de saint Jacques. Caractérisée par trois nefs et un plan en croix latine, et s'étendant sur quelque 8 300 mètres carrés, elle a subi plusieurs phases d'agrandissement, comme en témoigne aujourd'hui son mélange de styles architecturaux (roman, gothique, baroque, plateresque et néoclassique). Son entrée principale, le portique de la Gloire, a été réalisée en 1188 par le maître Mateo. Les quelque deux cents figures que l'on peut y contempler évoquent l'Apocalypse. Sur le trumeau, soutenu par une colonne, l'apôtre saint Jacques semble souhaiter la bienvenue aux pèlerins. La façade de l'Obradoiro de la cathédrale, œuvre de Fernando de Casas y Novoa, est considérée comme l'une des plus hautes expressions du baroque espagnol. Le maître autel, également de style baroque, se dresse au-dessus de la crypte de l'apôtre.
Sur la Plaza del Obradoiro, en vis à vis de la cathédrale, on peut voir aussi :
Le Pazo de Raxoi (le manoir de Rajoy) est un magnifique édifice commandé en 1760 par l´archevêque Rajoy pour y abriter le Consistoire, le séminaire des Confesseurs et les prisons. En 1767, c'est l´ingénieur français Charles Lernaur qui est chargé de mener les travaux. Ce palais de style néo-classique trouvera place en face de la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle sur la plaza del Obradoiro. Sur le tympan du fronton central une sculpture de José Ferreiro met en scène la bataille de Clavijo tandis que Santiago matamores trône sur l'ensemble. Le Pazo de Raxoi abrite de nos jour l´hôtel de ville le siège de la Xunta de Galicia (la région de Galice).
L’Hôpital des Rois Catholiques (En galicien : Hostal dos Reis Católicos, en espagnol : Hospital de los Reyes Católicos) également connu sous le nom d’« hôpital royal de Saint-Jacques de Compostelle », est un édifice de style plateresque construit sur ordre des rois Catholiques après leur visite à Saint-Jacques-de-Compostelle pour accueillir les pèlerins qui pouvaient être malades. Il fut construit par l’architecte royal Enrique Egas et est aujourd’hui un hôtel Parador (chaine d'hôtel de luxe) à visée touristique pour les pèlerins de la ville.
Nef de la Cathédrale. On peut voir les tubes d’orgues horizontaux de chaque coté de la nef.
Au bout de la nef, derrière le maître-autel, se trouve la « Capela Maior », la Chapelle Majeure. Cet espace, en plein centre de la cathédrale, est ce qui détonne le plus au milieu de la simplicité romane. Elle marque l’emplacement du tombeau de Saint Jacques, qui se trouve dans la crypte juste en dessous. La structure originellement romane de la Chapelle Majeure est masquée par l'exubérante profusion de décors baroques. Tout cet or et cet argent, ponctués par un millier de détails différents permettent de se rendre compte de la richesse artistique et des merveilles culturelles accumulées au fil des siècles à Saint-Jacques de Compostelle. La statue principale, de Saint Jacques, date du XIIIème siècle et est l’œuvre de Maître Mateo. Le pèlerin peut venir embrasser le manteau du saint, grâce à un escalier construit dans la chapelle. L’endroit est exigu, et on doit faire la queue pour y aller.
La statue de Saint-Jacques dans la chapelle majeure, statue à laquelle on accède par l’arrière, par un petit escalier. Il faut faire la queue pour l'atteindre.
Jacques de Zébédée ou Jacques le Majeur ou saint Jacques est l'un des douze apôtres de Jésus Christ. Il est nommé « Jacques, fils de Zébédée » dans le Nouveau Testament. Il est le frère de l'apôtre Jean de Zébédée. Il est fêté le 25 juillet dans le christianisme occidental, le 30 avril dans le christianisme oriental et le 30 décembre dans le rite mozarabe.

La Crypte de l’apôtre Saint Jacques le Majeur
Elle est et reste le but de tout pèlerin, conformément au rite prescrit par le chapitre de la cathédrale. Elle se trouve sous l’autel majeur de la basilique (au centre), elle a été mise en place au XIXe siècle, après l’authentification des reliques en 1884 par le pape Léon XIII (1810-1903, pape de 1878 à sa mort). Elle abrite une châsse en argent, exécutée en 1886, qui renferme les reliques de l'apôtre. Le Sauveur dans sa *mandorle, Marie, Salomé et les apôtres, sous arcades, sont figurés en position strictement frontale sur le plus long côté principal. La signature de l’orfèvre, José Losada, apparaît sur le couvercle, où se détachent le Chrisme, l’Alpha et l’Oméga. Elle est inspirée des programmes sculptés de l’ancien devant d’autel, du portail des Orfèvres et du porche de la Gloire

*mandorle : figure en forme d'ovale dans laquelle s'inscrit un personnage sacré et qui concrétise le rayonnement émanant de ce personnage.
De nombreuses chapelles richement décorées entourent la nef.
 
Le Botafumeiro, encensoir en laiton argenté, est haut de 1,60 m et pèse 54 kg. Il fut exécuté par l'orfèvre Losada en 1851. À l'origine, cet encensoir servait à parfumer la cathédrale. Il pend à une corde sous le transept. À l'occasion de célébrations liturgiques spéciales et pendant l'Année Sainte Compostellane, au cours de la messe du pèlerin qui se déroule tous les jours à 12 h, les visiteurs peuvent contempler la singulière cérémonie du botafumeiro. Iil faut 8 hommes (tiraboleiros) pour le manœuvrer.
Au nombre de douze, les croix de consécration sont disposées dans l’église le jour de sa consécration. Celles de Saint-Jacques de Compostelle datent de 1211. On peut y voir les représentations du Soleil et de la Lune en haut, et de l’Alpha et de l’Oméga en bas.
La Porte Sainte connue sous le nom symbolique de "Porte des Pardons", n'est ouverte que les années saintes, c'est à dire les années où l'anniversaire du martyr de St Jacques, le 25 Juillet, tombe un dimanche. Cette porte de bronze est décorée avec des scènes de la vie de Saint Jacques.

J'ai trouvé sur le net un site magnifique sur la cathédrale Saint jacques de Compostelle. Visitez le, les photos sont extraordinaires et le reportage remarquable.

Après la visite de la cathédrale, nous rejoignons le camping-car en passant par les ruelles. Nous nous retrouvons derrière la cathédrale.

Dans le quartier ancien, la Rua do Franco est une rue pittoresque bordée d'anciens collèges, de boutiques et de bistrots typiques, On peut y voir la Torre del Palacio de Fonseca.
Le Palais de Fonseca (maintenant transformé en Université) est un grand bâtiment situé sur la Place de Fonseca, à quelques mètres de la Plaza del Obradoiro. Ce fut la première chaire de l'Université de Santiago, fondée par Alphonse III de Fonseca en 1495. La façade est de style Renaissance et on trouve à l'intérieur de l'édifice un cloître, une chapelle et une salle de classe avec un beau plafond à caissons de style mudéjar. Au centre du cloître, au milieu des jardins, il y a une sculpture dédiée à Alphonse III.

 

La Praza das Praterias (Portail des Orfèvreries)

Elle est située derrière la cathédrale, au moyen-âge, il s’y faisait le commerce de bijoux d’argent. La place das Praterías est délimitée par la cathédrale et le cloître sur deux de ses côtés. Contiguë à la cathédrale, se trouve la Maison du Conseil municipal, qui est installée dans le palais Raxoi.
À droite, se trouve la tour de l’Horloge (photo de gauche), ancienne tour fortifiée du XIVe, qui fut élevée à la fin du XVIIe siècle, son clocher baroque a été réalisé par l'architecte Domingo de Andrade.
Au fond, on peut voir la Maison du Chapitre.

 
la Fuente de los Caballos (source des chevaux)

Située au centre de la place, elle a été sculptée par J. Pernas en 1825. De style italien, quatre chevaux, magnifiquement ciselé, supportent un piédestal surmonté d'une figure féminine au bras levé tenant l'étoile de Compostelle.






Le musée de la cathédrale.
Au rez-de-chaussée se trouve la bibliothèque, où sont exposés les botafumerios, ainsi que la salle capitulaire tendue de tapisseries flamandes du XVIIe siècle, et de trois tapisseries madrilènes du XVIIIe siècle. Au premier étage, le musée des tapisseries rassemble des œuvres réalisées d'après les cartons de Téniers, de Goya, de Bayeu. Les souterrains sont consacrés à l'archéologie, on y trouve des pièces provenant de fouilles effectuées dans la nef et le transept sud.


Monastère de San Paio de Antealtares

Ce monastère est un des plus anciens d'Espagne et a été fondé au XIème siècle par ALFONSE II. Il devait héberger les moines chargés de protéger les sépultures de Saint Jacques et de ses disciples. Aujourd'hui, le monastère est habité par les sœurs bénédictines qui sont connues pour la qualité exceptionnelle de leur « Tarte Saint Jacques » (Tarta de Santiago) et des biscuits aux amandes. Au milieu d'un des murs du monastère est installé une plaque en pierre à la mémoire d'un bataillon d'étudiants en littérature qui a été fondé par des universitaires pour défendre la Galice contre les troupes Napoléoniennes. La croix fixée sur le mur commémore les morts qui ont été enterrés sur la place Quintana devant le monastère.
Nous arrivons au camping-car vers 15h30, sans avoir pris le bus, nous n'étions vraiment pas très loin. Nous repartons en direction de Ferrol, à une centaine de kilomètres. Nous allons rejoindre la france par la côte.
Ferrol
Ferrol est une ville portuaire de la province de La Corogne en Galice. C'est le chef-lieu de la *comarque de Ferrolterra.
Avec une population de 71 232 habitants en 2013, Ferrol est la septième ville de Galice. Son secteur urbain avec les villes satellites connues sous le nom de Ferrolterra, avec une population de plus de 205.000 (2007) et une infrastructure navale (arsenaux, hôpital militaire, etc) est une des zones les plus industrialisées de Galice.
*En Espagne, la comarque (comarca) est un regroupement de municipalités qui peuvent avoir un rôle administratif.
Nous trouvons un grand parking ou nous passerons la nuit. Après avoir été faire un petit tour à pieds, nous rentrons dîner et au dodo!

Demain, notre prochaine destination sera Gijgon.

Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
Fichier : 11.4 Mo
20140618 Vila Nova de Cerveira - St Jacques.zip