Place de la Vieille Ville

Cette place est une véritable scène géante, support d'événements historiques de première importance. Elle est aujourd'hui le lieu d'une animation permanente, grand rendez-vous des touristes, mais aussi des étudiants des universités voisines. L'arrière-plan est constitué d'une juxtaposition de palais, d'édifices publics, d'églises, de maisons, qui superposent les styles, les couleurs et les époques dans une grande harmonie.
La place de la Vieille Ville comporte certains des monuments les plus célèbres de Prague : l'horloge astronomique, l'hôtel de ville et l'église Saint-Nicolas notamment. En la traversant, vous verrez une longue bande métallique : elle matérialise le méridien de Prague qui permettait de lire l'heure au Moyen Age. Quant à l'immense ensemble sculpté, il s'agit du mémorial Jan Hus, réformateur brûlé en 1415. Il est l'oeuvre de Ladislav Šaloun qui l'édifie entre 1903 et 1915, année de son inauguration et 500e anniversaire de la mort de Hus. L'ensemble devient vite un symbole de l'opposition à l'Autriche et de réveil national. Il trône au milieu de la place et est le lieu de tous les rendez-vous. Sur le socle, on peut lire "Aimez autrui..." en tchèque - et, plus loin, le slogan de la Révolution de Velours " Pravda vítězí " (la vérité vaincra).
 
La Place de la Vieille Ville, une animation permanente !
L'hôtel de ville, la Tour et l'horloge astronomique (Pražský orloj)
L’Hôtel de ville de la Vieille Ville reste depuis des siècles l’un des monuments emblématiques de la place de la Vieille Ville. Son horloge extraordinaire et sa tour, d’où la vue s’étend sur tout le centre historique de la capitale, en font l’un des monuments les plus visités de Prague.
Erigé au XIVe siècle, l’hôtel de ville est un peu la carte d'identité de la vieille ville. On y voit une belle tour carrée, avec une chapelle à encorbellement. Seule la façade de l’horloge, au sud, est d’origine. Devant l’hôtel de ville, au sol, 27 croix symbolisant les 27 dirigeants décapités de la révolte contre les Habsbourg, considérés comme des martyrs par les Tchèques. La Tour a un fort attrait touristique : dès que sonnent les heures, des centaines de personnes se pressent à ses pieds pour observer les animations des personnages.
L'horloge aurait été construite par Nicolas de Kadau en 1410, et remaniée par le maître Hanus de la Rose (Jan Ruze) vers 1490. La légende veut que l’on ait crevé les yeux à l’horloger Hanus, pour l’empêcher de reproduire son chef-d’œuvre ailleurs.
L'horloge s’anime toutes les heures jusqu'à 21 heures : les Douze Apôtres défilent au-dessus du cadran du haut, servant à lire l’heure (c’est un cadran de 24 heures) et la position de la Lune et du Soleil. Le cadran du bas affiche le Saint du jour ainsi que les signes astrologiques. A l'époque, Prague dépendait de l'université de Louvain, de ce fait une autre horloge lui ressemble beaucoup, mais sans les automates en la cathédrale de Saint-Omer (Pas de Calais).
Cette horloge a été réparée plusieurs fois depuis sa création au XIVe siècle, notamment en 1948 après avoir été brûlée par les Allemands dans leur fuite, en 1945. Elle a été de nouveau réparée en 1994 et en 2006.
Elle est décorée dans sa partie haute par quatre allégories représentant de gauche à droite :
la vanité, avec son miroir ;
l’avarice, un commerçant juif (le nez est volontairement crochu) avec sa bourse ;
la mort, un squelette qui appelle avec une clochette ;
la convoitise (ou envie) un prince turc, avec sa mandoline.
Le cadran astronomique a la forme d'un astrolabe planisphérique. Son fond, fixe, représente la Terre et le ciel. Sur ce fond se déplacent quatre mobiles principaux : le cercle zodiacal, un cercle oscillant externe, un modèle réduit du Soleil (aligné avec une main dorée) et un modèle réduit de la Lune.
Les fonctions principales de ce mécanisme qui place la Terre au centre de l'Univers sont d'indiquer différents types d'heures et de visualiser les positions du Soleil et de la Lune dans le ciel, autour de notre planète. Ainsi l'aiguille portant un soleil indique en fait trois temps différents. Le cercle extérieur, divisé par des chiffres arabes gothiques médiévaux, donne le temps en heures italiennes, selon le mode de l'ancienne Bohême. Le cadran aux chiffres romains permet de lire l'heure locale. Sur ce cadran central, des arcs gradués en chiffres arabes classiques permettent de lire les heures inégales ou temporaires.



      

                     
                   Le cercle zodiacal                    Le calendrier

              
Les personnages animés
 
Du haut de la Tour.
L'ascenceur.
La ville à perte de vue



La tour de Petřín
Au loin, l a tour de Petřín est une tour en acier, d'une hauteur de 60 mètres qui domine la ville de Prague. Bien que de beaucoup plus petite taille que la tour Eiffel, construite 5 ans plus tôt, sa situation sur l'importante colline de Petřín, lui permet d'atteindre une altitude comparable à celle de la tour Eiffel, soit 324 mètres au-dessus du niveau de la mer.
Au pied de la Tour.
La place
L'église NotreDame du Týn.
Cette église, fondée au milieu du XIVe siècle et achevé au début du XVIe, est l’un des lieux de culte de style gothique les plus impressionnants de Prague. Les intérieurs de l’église ont été rénovés dans le style baroque au XVIIe siècle. Notre-Dame du Týn est aussi un vaste musée d’œuvres gothiques, Renaissance et baroques, dont les plus intéressantes sont, entre autres, les tableaux de Karel Škréta qui ornent l’autel et le tombeau de l’astronome danois Tycho Brahe. L’orgue, qui date de 1673, est le plus ancien de Prague.
La petite place face à l'Horloge avec ses restaurants toujours pleins. C'est ici que se rassemblent les touristes pour voir l'animation de l'Horloge.
Nouveaux mariés.
  Vieux mariés noyant leur chagrin dans la bière !
Église Saint-Nicolas de la Vieille Ville


Cet édifice baroque monumental fut édifié entre 1732 et 1737 sur les plans de l’architecte K. I. Dientzenhofer, et sa façade donnant sur la rue Pařížská a été rénovée à la période moderne. Les intérieurs, aux effets de lumières saisissants, sont dominés par un immense lustre en cristal de Harrachov offert à la fin du XIXe siècle par le Tsar de Russie à l’Église orthodoxe. L’église est à présent employée comme salle de concert par l’Église hussite tchécoslovaque.




 

en début de soirée, le Mercredi 12 octobre, nous avons le bonheur d'assister à un concert dans cette magnifique église.

.

 
Le Vivaldi Orchestra Praga est un orchestre de chambre qui interprète de la musique baroque sur instruments d'époque, certains d'entre eux sont d' origine, d'autres des répliques, l'ensemble évoquant la richesse expressive du style baroque.
Le nom de l'orchestre vient de l'importance et de l'influence d'Antonio Vivaldi en Bohême, où sa musique est venu à travers l'opéra italien; Vivaldi était aussi un compositeur d'opéra, et quatre de ceux-ci étaient représentés en Bohême.
Le répertoire du Vivaldi Orchestra Praga comprend de nombreux concertos en solo (pour violon baroque, violoncelle, flûte et clavecin), cantates solo (pour soprano et alto), Concerti Grossi et autres compositions pour orchestre à cordes. L'orchestre joue des oeuvres de compositeurs italiens, comme Antonio Vivaldi, Arcangelo Corelli, Tommaso Albinoni, Francesco Maria Veracini ou Giuseppe Tartini, ainsi que ceux de l' Allemagne, comme Johann Sebastian Bach, Georg Friedrich Händel, Georg Philipp Telemann et Johann Pachelbel entre autres. Une autre spécialité du Vivaldi Orchestra Praga est de découvrir comment ces influences extérieures ont enrichi la musique tchèque, l'un par des compositeurs tels que Pavel Josef Vejvanovský, Franz Ignaz Biber, Antonín Plánický, František Ignác Tůma ou František Benda, et comprendre la musique de la suite compositeur Bedřich Smetana et Antonín Dvořák.
 
Place de la vieille ville, même la nuit !
A suivre
Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
Fichier : 5 Mo
Place de la vieille ville.zip
Fichier : 4.2 Mo
La ville vue de la Tour de l'horloge.zip
Fichier : 1.4 Mo
Concert.zip