Septembre 2014

Petit périple à travers la France.
Palais du facteur Cheval - Roybon

Samedi 13 septembre, nous nous levons vers 7h30. Nous sommes prêts à partir vers 9 heures. Ce matin, visite du Palais du Facteur Cheval.
Avril 1879. Ferdinand Cheval, facteur rural âgé alors de 43 ans, lors de sa tournée, butte sur une pierre si bizarre qu’elle réveille un rêve. Véritable autodidacte, il va consacrer 33 ans de sa vie à bâtir seul, un palais de rêve dans son potager, inspiré par la nature, les cartes postales et les premiers magazines illustrés qu’il distribue. Parcourant chaque jour une trentaine de kilomètres pour ses tournées en pleine campagne, il va ramasser des pierres, aidé de sa fidèle brouette. En solitaire, incompris, il inscrit sur son monument "travail d’un seul homme". Son palais de rêve est achevé en 1912.Au coeur d’un jardin luxuriant, il imagine un palais inhabitable, peuplé d’un incroyable bestiaire - pieuvre, biche, caïman, éléphant, pélican, ours, oiseaux… Mais aussi des géants, des fées, des personnages mythologiques ou encore des cascades, des architectures de tous les continents. Une oeuvre architecturale aussi inclassable qu’universelle. Unique au monde, le Palais Idéal a inspiré les artistes durant plus d’un siècle. Indépendant de tout courant artistique, construit sans aucune règle d’architecture, le Palais idéal a fait l’admiration des surréalistes, a été reconnu comme une oeuvre d’art brut. Il a été classé en 1969 Monument Historique par André Malraux, alors Ministre de la Culture, au titre de l’art naïf. C’est par une fontaine, "La source de la Vie" que le Facteur Cheval commence son oeuvre. Construite en deux ans avec coquillages, escargots, huîtres et différentes pierres assemblées avec du mortier de chaux.
Le Palais
Selon ses souvenirs, en avril 1879, durant l'une de ses tournées, le pied du facteur bute contre une pierre, manquant de le faire tomber sur le chemin. Son œil ayant été attiré par la forme curieuse de la pierre, il la ramasse et la glisse dans l'une de ses poches avec l'intention de la regarder plus tard à tête reposée. Elle sera nommée « la pierre d'achoppement ».
Dès le lendemain, repassant au même lieu, il constate la présence d'autres pierres ayant des formes encore plus singulières et, à son goût, plus belles que celle qu'il avait trouvée la veille. Il se fait alors la réflexion que, puisque la nature pouvait « faire de la sculpture », il pourrait très bien lui-même, fort de ses longues rêveries préparatoires, se faire architecte, maître-d'œuvre et ouvrier dans la construction d'un « Palais idéal ».
Durant les 33 années qui suivent, Ferdinand Cheval ne cesse de choisir des pierres durant sa tournée quotidienne, les portant d'abord dans ses poches, puis se munissant d'un panier, voire d'une brouette en certaines occasions. Revenu à son domicile, il passe de longues heures à la mise en œuvre de son rêve, travaillant de nuit à la lueur d'une lampe à pétrole. Il est alors considéré comme un excentrique par les gens du cru, qui ne disposent pas de la vision d'ensemble qu'avait l'architecte.

La façade Est

Ferdinand Cheval passe les vingt premières années à construire la façade Est de ce qu'il nommera globalement le Temple de la Nature (le terme de Palais Idéal n'a été donné par Cheval qu'après sa rencontre avec le barde alpin Émile Roux Parassac en 1904).
On peut suivre là toute l'évolution intuitive, partie par partie, de l’architecte naïf dans l'élaboration de son Palais. C'est une évolution qui va de l'organique, telle une végétation luxuriante qui se répand autour de grottes et d'alcôves, à l'organisation symétrique d'une façade majestueuse, qui n'est pas sans rappeler la manière dont Augustin Lesage aborda sa première toile.
Ferdinand Cheval commença tout d'abord par creuser un bassin et à former autour une cascade : la Source de Vie (1879-1881). Poursuivant vers le nord, prenant de la hauteur, il construisit une seconde cascade, la Source de la Sagesse (1881-1884). Puis vient ce grand temple à la façade symétrique et aux colonnes boursouflées, le Monument égyptien (1884-1891) qui deviendra le Temple de la Nature. À partir de 1891, comme voulant établir une symétrie de taille avec la partie Nord, Cheval s'attaque au Sud, avec l'édification du Temple Hindou (1891-1895), à la faune et à la flore exotiques, et qui finira gardé par les trois impressionnants Géants (1895-1899) représentant César, Vercingétorix et Archimède.

« La grotte où il y a trois géants c'est un peu de l'égyptien, en dessous on voit deux momies que j'ai façonnées et sculptées. Ces trois géants supportent la Tour de Barbarie où dans un oasis croissent les figuiers, les cactus, des palmiers, des aloès, des oliviers gardés par la loutre et le guépard. À la source de la vie j'ai puisé mon génie. »
— Ferdinand Cheval, 1911

La façade Ouest
Beaucoup moins organique, plus rigoureuse et délimitée dans ses formes, la façade ouest est ornée d'architectures miniatures du monde entier placées dans des alcôves : une mosquée, un temple Hindou, un chalet suisse, la Maison Carrée d'Alger, un château du Moyen Âge. On accède également par là à une galerie de vingt mètres de long, s'enfonçant dans le Palais et agrémentée de sculptures. Au-dessus se trouve une grande terrasse de 23 mètres de long (quasiment la totalité de la longueur du Palais) à laquelle on accède grâce à des escaliers.

Les façades Nord et Sud
Au nord, se trouve le côté du Temple de la Nature, des grottes et toutes sortes d'animaux (cerf, pélicans, crocodile...). Le sud, assez dépouillé, est un hommage de Cheval aux temps anciens, à travers un musée antédiluvien ; c'est aussi un accès dégagé de la terrasse, avec escalier et balcon.







Façade Nord
:

01 Grotte du Pélican.
02 Grotte du Cerf.
03 Grotte de la Biche.
04 Grotte du Faon.
05 Phénix.
06 Pieuvre, animal marin, Gaulois.

Façade Ouest :

07 Entrée du labyrinthe nord
     (Galerie des sclptures au temps primitif).
08 T&emple Hindou.
09 Chalet Suisse.
10 entrée de la galerie
     (ou le songe devient réalité).
11 La Maison blanche.
12 Maison carrée d'Alger.
13 Château au Moyen-âge.
14 Pierre d'achoppement
     (sur la terrasse).
15 Entrée du labyrinthe sud
      (Palais imaginaire, mosquée)
.

Galerie
16 Galerie.
17 La crèche merveilleuse.






Façade Sud
:

18 Musée antédiluvien.

Façade Est :

19 Les colonnes barbaresques.
20 Niche de la brouette.
21 Le tombeau.
22 Les trois géants (César, Vercingétorix,
       Archimède)
 et la tour de Barbarie.
23 Niche aux hirondelles.
24 Niche des laveuses.
25 Le bassin et la première cascade
     adossée à la Source de vie.
26 Grotte de Saint Amédée.
27 La source de la sagesse.
28 Le tombeau égyptien,
     tombeau romain antique.
29 Entrée du Temple de la nature.
30 Tonnelle.
31 Le belvédère.
32 Le cadran de la vie.

      
Le seul dessin du Palais exécuté par le Facteur Cheval.
 
La pierre d'achoppement sur la terrasse (1ère pierre trouvée par le facteur Cheval).
 
Façade Est, partie droite, le temple Egyptien.
 
Façade Est, partie gauche, les trois géants.
 
Façade Nord.
La terrasse, en haut à droite, la tour de Barbarie.
Façade Ouest, dessous, la galerie, dessus, la terrasse.
La galerie, sous la terrasse (Côte Ouest).
Sur toutes les façades du Palais Idéal on peut voir des inscriptions faites à la main par l’auteur.

Quelques maximes :

Tous les Hommes de bien, tous les peuples sont frères, notre devise à nous est de les aimer tous.
En créant ce rocher, j’ai voulu prouver ce que peut la volonté.
Souviens-toi Homme, que tu n’es que poussière, ton âme seule est immortelle
.
Le faible comme le fort sont égaux devant la mort.
A la source de la sagesse seule, on trouve le vrai bonheur.
La simplicité du corps rend l’âme vertueuse.
Sur le tombeau du Palais : A ce passage, on porte pour tout bagage que le bien ou le mal qu’on a fait sur la Terre.



Les morts ne sont pas les absents mais les invisibles.
1879-1912 10 mille journées, 93 mille heures, 33 ans d’épreuves. Plus opiniâtre que moi se mette à l’oeuvre.
Sur le cadran solaire : Chaque fois que tu me regardes, tu vois ta vie qui s’en va.
Enfant de la chaumière, ne désespère pas. Un jour pour toi aussi le soleil brillera.
Au charme du travail, les yeux se régalent. Comme le gourmet auprès d’un bon met.
Si tu veux de l’or, fouille dans tes coudes, tu trouveras un trésor.
Travaille avec opiniâtreté, ta moisson sera de lauriers.
Après cette visite très impressionnante, nous rejoignons le camping-car et repartons. Il est presque 13 heures lorsque nous nous arrêtons à Roybon pour déjeuner. Nous nous installons au bord d'un petit lac à proximité. Après déjeuner, nous retournons au village car nous avons aperçu, en arrivant, une magnifique église.
Eglise Saint Jean-Baptiste
Cet édifice néo-roman a été préféré a un premier projet, d'inspiration gothique. A l'exterieur, on note quelques emprunts à l'art roman auvergnat comme les modillons à copeaux ou les arcs polychromes des baies. En revanche, à l'interieur, les puissantes nervures soulignant les voûtes d'arrêtes couvrant nef et bas-cotés sont plutot un trait de l'architecture gothique, style que Berruyer, dont elle est l'oeuvre, affectionnait particulièrement. Il en réalisa d'ailleurs plus d'une trentaine en Isère.
Capitale des Chambaran, nichée au cœur d'une forêt immense, Roybon conserve dans les murs de ses maisons l'empreinte d'un pays de glaise et de galets.
Le mariage des galets roulés, de la brique et de la glaise, matériaux de terroir, confère un cachet particulier à l’architecture locale. Le canton regorge d’édifices religieux, dont la chapelle de Lentiol qui vient d’être reconstruite à l’identique après sa destruction par un glissement de terrain.
A Roybon, un circuit de Mémoire de Galets (livret disponible à l’office de tourisme) chemine à travers les ruelles, d’édifices en panneaux explicatifs, de l’ancien café des tramways à la maison du maréchal-ferrant, de celle du drapier à l’église Saint-Jean-Baptiste signée de l’enfant du pays, Alfred Berruyer (1819-1901), tout comme celle de Voiron, Bourgoin ou Saint-Laurent-du-Pont. Autre escale incontournable : la statue de la liberté sur la place.
Après un petit arrêt dans le village, nous reprenons notre route. Nous nous arrêtons vers St Hilaire du rosier. Nous trouvons une place ou passer la nuit, dans la plaine, face au massif du Vercors. La vue est magnifique.

Demain, nous devons retrouver nos amis Chevrier actuellement en vacances à quelques kilomètres d'ici.

Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
Fichier : 10.3 Mo
20140913 Facteur Cheval - Roybon.zip