Vacances 2013, cathédrales, oiseaux et fricandelles.
Bienvenue chez les Ch'tis

Partis de Calais, vesr 16 heures, nous arrivons à Bergues vers 17 heures.
nous trouvons un endroit au bord de l'eau, près de Bergues, pour passer la nuit.
Au petit matin du 23 juin, il fait encore frais (14°) et le ciel est gris.
Nous sommes accueillis par un troupeau d'oies.
Un p'tit coin bien tranquille.

Vers 9 heures, nous levons le camp après avoir dit au revoir à nos nouveaux amis.

Bergues
Le nom de Bergues provient de la colline voisine : " le Groenberg ou mont vert". Le Groenberg va être évangélisé par Winoc, moine breton de l'abbaye Saint Bertin de St Omer d'ou le nom que prendra la ville : Bergues Saint Winoc, soit " la colline de Saint Winoc" sur laquelle va s'élever une abbaye bénédictine au début du XI ème siècle. Très tôt, les habitants vont devoir se fortifier pour lutter contre les invasions normandes. Chef-lieu de châtellenie depuis 1240, dotée d'un beffroi dès 1112 et de fortifications renforcées, la ville de commerce et de textile va devenir indépendante. Tour à tour aux mains des Français, flamande, bourguignonne, autrichienne ou espagnole , la ville fut définitivement rattaché à la France par le traité d'Aix-la-Chapelle en 1668. Vauban fut chargé de la ceinturer d'eaux, de bastions et de portes. La Révolution détruisit l'abbaye Saint-Winoc et les sept couvents de la ville. La Seconde Guerre mondiale endommagea fortement la ville, d'abord au cours de la bataille de Dunkerque en 1940, puis au cours du repli des Allemands qui firent sauter le beffroi ( l'un des plus beaux de France ) en 1944.
Lamartine fut député de Bergues de 1833 à 1837.
Les fortifications de Vauban permettaient, par leurs écluses, d'inonder la plaine marécageuse qui entoure la ville. L'ouvrage détaché, le Fort Français (parfois autrefois aussi nommé Port françois), situé sur le canal de Bergues à Dunkerque, et qui, en se liant au Fort Louis, fait des deux villes un même système de défense. Bergues est traversé par le canal de la Colme qui part de Watten et va à Furnes.

Bergues en 1688.
Le beffroi, commencé au XIVe siècle, puis refait au XVIe siècle. Il est détruit le 16 septembre 1944 suite à un dynamitage par les troupes allemandes et finalement reconstruit en 1961. Il fut classé monument historique le 2 novembre 2004, puis classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO le 16 juillet 2005 au titre des Beffrois de Belgique et de France.
Le géant de Bergues, au pied du Beffroi.
Place de l'Hôtel de ville, face au Beffroi.
Musée du Mont-de-Piété.
Situé dans un ancien Mont-de-Piété datant du XVIIe siècle, le musée de Bergues, labélisé "Musée de France", bénéficie d’un cadre exceptionnel pour abriter ses riches collections de peintures, dessins et d’histoire naturelle.
L’Eglise Saint-Martin.
Sévèrement touché en 1940-1944, elle a été profondément remaniée, laissant apparaître des parties anciennes et des parties plus modernes, la continuité étant assurée par la chaude couleur de la brique jaune et des vitraux ou le chemin de croix.
La citerne militaire.
Citerne bâtie en 1724, 1725 ; elle fut ensuite couverte d'une toiture dans le comble de laquelle fut aménagé un entrepôt pour le blé ; toiture incendiée en 1940, non restaurée depuis

Les remparts

Depuis le neuvième siècle Bergues est entourée de murailles et chaque époque a laissé son empreinte : Comtes de Flandre, Ducs de Bourgogne, Rois d'Espagne, Rois de France ou République Française, tous ont contribué à renforcer la ville pour lui donner sa physionomie actuelle.
Tours, portes et courtines moyennageuses succèdent aux bastions de Vauban, l'eau et la verdure leur servant d'écrin...
La poste des Ch'tis.
La fausse poste, qui été tour à tour hôpital militaire, lieu d’implantation d’une usine à gaz, agence GDF, a connu avec "Bienvenue chez les Ch’tis" une renommée spectaculaire. Elle est devenue une étape indispensable du Ch’ti tour organisé qu’effectue les adorateurs du film de Dany Boon.
A la suite du film, elle a été offerte, en 2008 à la ville de Bergues par la société "Gaz de France".
Deux plaques sont désormais apposées sur la célèbre maison, avec les textes suivant :
En souvenir de Donald Cameron of Lochiel "The Gentel Lochiel"
Loyal compagnon du Prince Charles Edward Stuart lors de la révolte de 1745.
Colonet du Régiment d'Albanie
Mort à l'hôpital militaire de Bergues qui se tenait sur ce site le 26 octobre 1748.
Plaque apposée par Clan Cameron, Alliance France-Ecosse et amis.
Le 10 juin 2008, Jean-François Cirelli, PDG de Gaz de France, a remis les clefs à Mme Sylvie Brachet, maire de Bergues, en présence de M. Dany Boon, réalisateur du film.
Balade dans la ville.

Coup de chance, il n'a pas plu pendant notre visite.
Après avoir entendu le carillon du Beffroi plusieurs fois, nous mettons fin à la visite et nous rejoignons le camping-car.

Nous reprenons notre route, direction la Belgique.
Encore une petite ville qu'il faut absolument visiter.