Vacances 2015 - nature, histoire et gastronomie
Montauban

Montauban




La seconde moitié du XIIIe siècle est une époque de prospérité qui confirme l'essor commercial déjà pprésent au XIIe siècle: Le riche bourgeois Guillaume Amiel commerce avec l'angleterre, et les marchands montalbanais sont en relation avec les foires de Champagne.
C'est alors que sont lancés de grands travaux publics : l'église Saint-Jacques achevée en 1280 et le Pont Vieux bâti de 1304 à 1335. Au début du XIVe siècle, Montauban est en pleine expansion économique. La guerre de Cent Ans et la peste noire vont freiner brutalement cet essor. "Clef de Pays et chef de duché de Guyenne", Montauban est une ville frontière qu'Anglais et Français vont se disputer âprement. Dès 1368, la ville, à nouveau française, ne garde plus qu'un souvenir de l'occupation: la belle salle du Prince Noir aux immenses voûtes d'ogives situées dans l'actuel Musée Ingres.
A partir de 1561, au temps des guerres de religions, la ville devient une des capitales du protestantisme français avec La Rochelle. Henry de Navarre, le futur Henri IV, y fera de fréquents séjours. La ville affirme sa grandeur en reconstruisant à partir de 1614, les couverts de la belle Place Nationale. mais, en 1629, après la prise de La Rochelle, Montauban doit se soumettre: Richelieu entre dans la ville et rétablit le culte catholique à l'église Saint-Jacques.
La ville devient alors une capitale régionale, chef-lieu d'intendance en 1633 et d'un tribunal des Finances, la cour des Aides en 1661. Elle atteint son apogée économique au XVIIIe siècle : minoteries, tissages de la soie et de la laine.
Elle compte alors 30 000 habitants face aux 48 000 toulousains. Pourtant, il faudra attendre 1808, pour que Napoléon crée un nouveau département, le Tarn et Garonne, dont Montauban devient le chef-lieu.
La ville qui a connu au XIXème siècle un déclin industriel, est demeurée un centre administratif et agricole. Patrie d' Ingres et de Bourdelle, ville d'art et de culture, souriante cité de briques roses, Montauban voit ses vieux quartiers restaurés, sa population augmenter et de nouvelles implantations naître, saisissant les opportunités économiques de sa position de carrefour régional et européen.
On attribue généralement le nom de Montauban à mons alba. En langue d’oc, alba signifie «saule». Par allusion probable à l’état primitif du site, mons alba désignerait un mont couvert de saules.... et pourtant :
L’étymologie occitane reste douteuse. La ville tient peut-être son nom du latin mons albanus, («mont blanc», serait-ce le feuillage des saules ?) par opposition au mons aureolus, («mont d’or») qui donna Montauriol. C’est la première hypothèse qui a valu au blason de Montauban la figuration d’un saule au sommet d’une butte.




Montauban a été fondée par Alfonse Jourdain, Comte de Toulouse, en 1144. Il lui donna le nom de Montalba, le "Mont des Saules" ou "Mont Blanc", par opposition au nom de l'abbaye voisine de Montauriol, le "Mont Doré". La ville fût construite, comme toutes les bastides, sur un plan régulier dont les rues coupées à angle droit se rejoignent au coeur de la ville sous les "Couverts", l'actuelle Place Nationale. La charte de 1135 donne une municipalité annuelle à la ville. Tentée par le catharisme, Montauban reste fidèle au Comte de Toulouse, lors de la croisade contre les Albigeois, malgrés une période d'occupation par Simon de Monfort.

Arrivés à Montauban le dimanche 7 juin, nous sommes accueillis à bras ouverts par nos amis Jacky et Michel. Nous séjournerons chez eux jusqu'à lundi. Au programme, gastronomie, piscine et tourisme.

Visite : Cité d'Ingres, de Bourdelle, d'Olympe de Gouges et de Roland Giraud, Montauban vous invite au voyage à travers l'histoire. Cité au patrimoine exceptionnel, labellisée «Art et Histoire», la ville rose se pare de remarquables joyaux architecturaux tels que la place Nationale et ses doubles couverts, le pont vieux du XIVe siècle, le Musée Ingres, les hôtels particuliers et de nombreux monuments.
La place Nationale
La première mention d'une place avec * couverts à Montauban date de 1170. Un texte de 1450 atteste que ces couverts formaient une double rangée. Cette place reprend donc les caractéristiques des places que l'on peut rencontrer dans les bastides du sud-ouest. toutefois, à Montauban, les couverts y sont plus importants. La place devait être entourée de maisons de bois comme on peut le voir à Lisle-sur-Tarn avec la maison consulaire.
* Les couverts d'une bastide sont les rues couvertes entourant la place. On les appelait aussi embans, cornières ou arceaux.
Après avoir construit les maisons, on avait rajouté des embans à leurs façades, en bois dans un premier temps, ils furent remplacés par des couverts en pierre.
Notre guide d'un jour.  
Place Nationale, le *cadran déclinant de l'après-midi, gravé sur enduit, daté 1808 Devise : "Una tibi" "Une (heure est) pour toi".
* Comme son nom l’indique, le cadran solaire vertical a sa table verticale. Le style doit être parallèle à l’axe de la Terre et le cadran doit être orienté de manière que le style se trouve dans le plan du méridien local. La ligne de midi, toujours verticale, matérialise donc ce méridien local. Lorsque le plan du cadran fait exactement face au sud, le cadran est dit méridional ou non déclinant. Quand le plan du cadran est orienté de façon quelconque, le cadran est dit déclinant.
Plaque commémorative du 800e anniversaire de la fondation de Montauban.
Le théâtre *Olympe de Gouges   le Pont des Consuls.
Il ne reste rien du premier théâtre, construit en 1762. Devant le succès populaire, celui-ci s’est vite révélé trop petit et l’architecte Fragneau fut chargé de le reconstruire. Ouverte en 1849, la nouvelle salle accueille alors 528 spectateurs répartis sur quatre niveaux. En 1931, grâce aux aides accordées par la Ville de Paris pour reconstruire Montauban après l’inondation de 1930, une nouvelle façade est édifiée en bordure de la place Lefranc de Pompignan.
* Marie Gouze, dite Olympe de Gouges, née à Montauban le 7 mai 1748 et morte guillotinée à Paris le 3 novembre 1793, est une femme de lettres française, devenue femme politique. Elle est considérée comme une des pionnières du féminisme français.
Quand Alfonse de Jourdain crée la ville de Montauban, en 1144, il nomme 10 consuls, renouvelés tous les ans, pour la diriger en son nom. De 1476 à 1791, quittant la Place Nationale, ces consuls s'installent dans une maison située, avec d'autres sur l'actuelle place,en bordure du ravin. C'est l'architecte Léon Gardelle qui conçoit le pont en 1883. Sa construction sera terminée en 1898. Il est fabriqué en briques faites à la main et en pierre blanches apportées des carrières de Bruniquel et de Charente. C'est un bel ouvrage de style néo-médiéval avec crénelures et échauguettes. Il est composé d'une grande arche centrale et d'une petite de chaque côté. Il s'élève de 14m au-dessus de la ravine.
Le Musée Ingres est l'ancien hôtel de ville et un palais épiscopal construit en 1664 sur les restes du palais que le Prince Noir occupait pendant la guerre de Cent Ans (une salle en témoigne). Le bâtiment abrite des œuvres de deux anciens habitants : * Jean-Auguste Dominique Ingres et * Émile Antoine Bourdelle.
* INGRES Jean Auguste Dominique (1780-1867), Peintre Français du courant Romantique mené par Eugène Delacroix et Théodore Géricault. Il avait pour passion le violon, c'est de là que vient l'expression "violon d'Ingres" qui désigne une activité à laquelle on aime se consacrer en dehors de sa profession.
* Emile Antoine BOURDELLE (1861-1929) Sculpteur Français. L'artiste, écrit dans une lettre en 1909: "...mon nom est Emile-Antoine Bordelles. Par modestie je signe Bourdelle, et mon père signait lui-même Bourdelle, bien que mon nom veuille dire plusieurs petites fermes aux borduries..."

Grand escalier en brique, enfin de l'ombre !   La cathédrale Notre-Dame
La ville de Montauban a été protestante au début des guerres de religion et est devenue catholique en 1629. La construction de l’église a été permise par la révocation de l’Édit de Nantes en 1685. La première pierre de la nouvelle cathédrale a été posée le 10 avril 1692, après l'achat de plusieurs îlots de maisons à l'endroit le plus élevé de la ville. En 1707, six des piliers de la nef, bâtis en briques mal cuites, s'écroulent et entraînent dans leur chute une partie de la voûte. La consécration solennelle de la cathédrale eu lieu le 1er Novembre 1739. L’architecte était à l’origine François d'Orbay, et son travail a été continué à sa mort en 1697 par Jules Hardouin-Mansart et Robert de Cotte. Les tours de façade étaient autrefois surmontées d'élégants clochetons en forme de bulbe, démolis en 1831.
Chœur et maître-autel de la cathédrale
Au retour chez nos amis, baignade et magrets ou le contraire.
Exceptionnel !
Lundi 8, nous quittons nos amis en milieu d'après-midi. Nous n'allons pas très loin, à quelques kilomètres, nous allons passer la soirée et la nuit chez Anne et Jérôme (fils des précédents). Accueil chaleureux et convivial ! Nous avons passé une excellente soirée avant de nous endormir comme des bébés..
Ces deux jours de retrouvailles à Montauban seront stockés dans nos mémoires.
Nous saurons bien les ressortir un jour.
Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
Fichier : 5.5 Mo
20150607-08 Montauban.zip