Nature et découverte, les Cévennes.

Cabrunas, Sainte Enimie.
En surplomb du Cirque de Pougnadoires dans les gorges du Tarn, nous avons passé quelques semaines à Cabrunas, un petit hameau de quelques maisons.
Au pied de notre gîte, un panorama magnifique.
Notre Gîte
Nous.
Four à pain.
Il y a quelques constructions en cours de rénovation.
Vue depuis l'autre versant des gorges, Cabrunas (flèche).
En bas, Saint Chély du Tarn.

A une dizaine de kilomètres de notre gîte, au fond des gorges, lle joli village de Sainte Enimie est un carrefour routier important.

Sainte Enimie


La princesse mérovingienne Enimie est un des nombreux personnages légendaires de la Lozère. Vers la fin du VI ème siècle, Clotaire II est roi des Francs et père de deux enfants : Enimie et Dagobert. La beauté de la jeune femme est telle qu'elle croule sous les demandes en mariage. Malheureusement pour ses prétendants, Enimie est déjà mariée... à Dieu. Son père insiste tant pour lui trouver un mari qu'elle implore le Seigneur de l'aider. Celui-ci exauce son souhait en lui infligeant la lèpre. La princesse est alors défigurée. Sainte-Enimie se consacre pleinement à la religion, tandis que les médecins se succèdent pour tenter de la guérir, en vain.
Face à leur désarroi et leurs remords, la princesse se tourne une nouvelle fois vers Dieu. En réponse, il lui envoie un ange qui lui dit : "Rends-toi avec ton escorte dans la lointaine province du Gévaudan, dans un lieu appelé Burlatis. Les bergers te guideront vers une source dont l'eau guérira les plaies de ton corps". La jeune fille, obéissante, s'est mise en chemin, accompagnée d'une escorte. Après un long et difficile voyage, elle demande son chemin à une femme. Celle-ci lui lui indique une source à Bagnols-les-Bains qui pourrait la soigner. Mais un ange apparaît une fois de plus pour la prévenir que ce n'est pas l'endroit qu'elle cherche.
Le cortège reprend la route en direction des bords du Tarn. La princesse trouve enfin la source de Burle, se baigne dans son eau bleue et supplie Dieu de la guérir. Le Divin s'exécute mais seulement pour un temps. Saint-Enimie tente par deux fois de rentrer chez elle. Mais la lèpre l'oblige à rebrousser chemin et se baigner à nouveau dans la source. Elle décide donc de s'installer dans une grotte non loin de là, et de rester dans la région pour toujours. Telle est, selon la princesse, la volonté de Dieu.

Le Drac, un autre nom de Satan, voit d'un très mauvais oeil qu'une sainte vive en terre païenne. Pour la faire fuir, il remonte des enfers et persécute les nonnes du monastère fondé par Sainte-Enimie. Celle-ci essaie de l'emprisonner, mais échoue. Elle part à sa poursuite le long du Tarn jusqu'à épuisement. A bout de force, la sainte s'écrie : "A mon secours, montagne arrête-le ". D'énormes pierres tombent sur le Drac et le coincent. En le voyant ainsi, Enimie choisit de le laisser regagner les enfers. De rage, Satan aurait griffé la base du rocher qui le retenait prisonnier. On dit que la trace est restée jusqu'aux grandes inondation de 1875.

Le village médiéval de Sainte-Énimie se développe autour du monastère bénédictin fondé en 951 à la demande d’Étienne, évêque de Mende. L’implantation d’une communauté de moines bénédictins, dépendant de l’Abbaye de Saint-Chaffre en Velay, marque une période de prospérité économique.
Le récit de la vie et des miracles de sainte Énimie attire de nombreux pèlerins.
La situation de la bourgade sur des voies de communications ancestrales (draille d’Aubrac, Camin Romieu ou Camin Ferrat) constitue un atout majeur pour la circulation des pénitents et des marchandises.
À la Révolution, le monastère est en partie détruit, son mobilier et ses archives sont brûlés. L’abbaye sert de carrière. Le village prend le nom de Puy Roc.
Au XXe siècle, la mécanisation et le phylloxéra font disparaître progressivement les vignobles en terrasse.
En 1905, l’ouverture de l’actuelle route des Gorges du Tarn apporte un désenclavement partiel à la région.
Les conflits du début du XXe siècle et l’industrialisation vident le pays de la population active. Après la dévaluation de la laine, les caussenards restructurent l’élevage ovin, au profit des races à lait et à viande.
Vers 1950, Sainte-Énimie et les Gorges s’orientent vers une nouvelle ère économique basée sur le tourisme. L’A75, qui relie Clermont-Ferrand à Montpellier, désenclave désormais la région dans sa totalité.
Aujourd’hui, 250 personnes habitent à l’année le village de Sainte-Énimie. La commune, quant à elle compte 500 habitants : elle comprend 25 hameaux et villages (Sauveterre, Champerboux , Saint-Chély-duTarn,
Pougnadoires, etc.…)


Le village
Sainte Enimie au fil des ruelles





Sainte Enimie by night
    Notre guide lors de la visite guidée.
L'Hermitage de Sainte Enimie


A la fin de sa vie, Sainte Enimie, se retira dans une grotte où elle vécut en ermite, d'où le nom d'Ermitage donné à la chapelle qui du haut de la falaise domine le village. Sentant venir sa mort elle dicta ses volontés.
Ne souhaitant pas être enterrée ailleur que dans son village, elle recommanda à ses filles de placer son cercueil au-dessous de celui de sa filleule qui s'appelait aussi Enimie.
Le Roi Dagobert à l'annonce de la mort de sa soeur vint chercher le corps. Comme Enimie l'avait prévu, il emmena celui de la filleule et le fît enterrer à l'Abbaye de Saint-Denis. C'est ainsi qu'une fille de Sainte-Enimie repose aux côtés des Rois de France et que les restes de la Sainte demeurèrent en ce lieu jusqu'en 1970, date à laquelle ils furent volés.
 
La source de la Burle
La source de la Burle, dite miraculeuse, est au coeur de la légende der Sainte Enimie. La jeune princesse, atteinte de la lèpre, s'y baigna par trois fois et fut guérie de cette terrible maladie. Elle s'installa à proximité et fonda un petit moutier (monastère) d'hommes et de femmes.
La source prend alors une importance capitale dans le développement du monastère et du lieu-dit Burlatis, aujourd'hui Sainte Enimie.
L'eau chargée de sels de cuivre donne à la source sa couleur bleue si particulière. La vertue principale de cette eau est de soigner les maladies de peau des gens et des bêtes. Selon la tradition, un simple linge imbibé de l'eau de Burle suffirait à soulager l'eczéma ainsi que d'autres dermatites.
De type "vauclusienne", la source jaillissait prendant les crues, formant de gros remous. En 1934, on installa un système de captage pour fournir dr l'eau potable au village. Géologiquement, on ne connait toujours pas l'origine exacte de la source. On a toutefois découvert un aven à quarante cinq mètres en dessous du niveau du Tarn.
La clarté du bassin est trompeuse, la profondeur en son centre est d'environ 6 à 7 mètres.
Après quelques centaines de mètre, le ruisseau produit par la source se jette dans le Tarn.
Gorges du Tarn, quelques beaux coins entre Ste Enimie et la Malène.
Ce petit village à la particularité d’être situé sur la rive gauche du Tarn sans aucun accès routier. La liaison avec le village se fait par une petite tnacelle sur cable pour tout ce qui est marchandises et courrier, et en barque pour passer de l’autre côté du Tarn pour les personnes. Il existe également des sentiers pédestres au départ de la Malène ou de Sainte Enimie qui y mènent.

Panorama à 180° des Gorges du Tarn

En bordure des corniches, ce point de vue panoramique sur les Gorges du Tarn se situe sur le Causse de Sauveterre, à 870 mètres d’altitude et à l’aplomb du Cirque des Baumes.
A vos pieds le Cirque des Baumes et le méandre du Tarn. Sur l’autre versant les falaises du causse Méjean.
Au sud, le canyon reprend sa route vers le Pas du Soucy et Roche Aiguille avant de rejoindre Les Vignes.
Le Château de la Caze
Sa construction date du XVe siècle et est liée à l’histoire du monastère de Ste Enimie. En effet, la juridiction des prieurs de Ste Enimie sur La Caze remonte à 1271. A l'origine c'est une maison forte voulue par Soubeyrane Alamand et Guillaume de Montclar, mariés en 1488. L'oncle de Soubeyrane, François Alamand, était prieur au monastère de Sainte-Énimie, et prévôt de la cathédrale de Mende. Il paya une grande partie de la construction du château pour sa nièce.À la Révolution française il est utilisé comme prison.
De nos jours, le château a été transformé en hôtel de luxe (4 étoiles). En 1988, il est inscrit au patrimoine des monuments historiques.
Saint-Chély-du-Tarn
Le village de Saint-Chély-du-Tarn est au centre des Gorges du Tarn, à quelques kilomètres au sud-ouest de Sainte-Enimie. Accessible par un pont arqué à travers la rivière Tarn, c'est un village très pittoresque coincé entre le fleuve et une falaise, sur un large méandre dans la rivière et l'un des points forts d'une visite des gorges.
 
Chapelle Notre-Dame de Cénaret  
La source dans la boutique
La chapelle romane de Notre-Dame de Cénaret est nichée sous un immense rocher au cœur du village. Depuis la place du village, on y accède par la rue la plus proche du Tarn qui vous fait passer devant quelques-unes des maisons les plus belles et les plus anciennes (XVIe et XVIIe siècles), superbement rénovées et entretenues.
La construction daterait du XIe siècle et aurait subit de nombreuses modifications par la suite : la nef au XIIe siècle et la fenêtre du chevet du XIVe siècle.
Le portail gothique a été ajouté au XVIe siècle et tranche avec l’architecture purement romane du reste de la chapelle. Le bénitier est situé à l’extérieur à droite du portail.
L’intérieur de la chapelle est sombre et très dépouillé. Seule la vierge est faiblement éclairée par la lumière parvenant à pénétrer par l’ouverture donnant sur le choeur.
Derrière la chapelle se cache une résurgence et un petit lac (non accessible au public). L’eau est ensuite canalisée jusqu’au moulin de Cénaret (aujourd’hui une boutique de produits artisanaux) situé juste avant d’arriver à la chapelle.
Église Notre-Dame-de-l'Assomption
En surplomb du Tarn.
Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
Fichier : 2.6 Mo
20160827 Cabrunas.zip
Fichier : 5.8 Mo
20160828 Ste Enimie (1).zip
Fichier : 6.1 Mo
20160828 Ste Enimie (2).zip
Fichier : 1.1 Mo
20160829 Ste Enimie soir.zip