Nature et découverte, les Cévennes.

30 août 2016, L'aven* Armand et ses alentours
Louis Armand, forgeron au Rozier, à la frontière de l'Aveyron et de la Lozère, descendit le premier dans l'aven à qui il a donné son nom. C'était le 19 septembre 1897. Le lendemain, l'avocat Edouard Afred Martel, considéré aujourd'hui comme le père de la spéléologie moderne et Armand Viré l'accompagnent dans la découverte de cette fantastique caverne. Drôle d'homme que ce Martel, il y a chez lui un côté héros de Jules Verne. Il a arpenté bien des cavernes, publié bien des livres sur son émerveillement du sous-sol. Il n'a pas peu fait pour la promotion touristique des Causses et pour mieux faire connaître ce pays alors bien souvent ignoré des Français.
La cheminée d'accès, longue de 40 m, débouche dans la voûte d'une salle immense haute de 35 m qui se prolonge vers le bas par un second puits obstrué à 90 m de profondeur. La salle, longue de 110 m, large de 60 m a une hauteur moyenne de 45 m. Après la première exploration, durant trente ans seuls quelques courageux initiés redécouvriront ce spectacle unique au prix d'une périlleuse descente en échelle de corde ou dans un couffin suspendu par un treuil. Il fallut attendre 1927 pour que l'Aven Armand soit enfin aménagé et ouvert au public. Un tunnel de 208 m, en pente douce, équipé de marches conduisait à un balcon accroché à la partie supérieure de la salle, d'où escalier et sentier permettaient de parcourir la féerique caverne dont l'illumination avait été confiée à Fernand Jacopozzi, celui-là même qui avait illuminé la Tour Eiffel.
 
La descente en funiculaire ne s'oublie pas. D'un balcon accessible à tous, même aux handicapés, vous dominerez un ensemble unique que Martel avait qualifié de "Rêves des Mille et Une Nuits" et profiterez de nouveaux sons et lumières incroyables.
* Aven, gouffre : cavité souterraine dont l'entrée s'ouvre dans le sol par un puit vertical la rendant difficilement accessible.
Grotte, caverne: cavité souterraine plus ou moins horizontale dont l'entrée se trouve sur une paroi.
Un funiculaire permet de descendre jusqu'à la grotte.   Le spectacle commence.
                           
Sur la route
Hyelsas, Chapelle Notre Dame
Hyelsas, Ferme Caussenarde
Gorges de la Jonte - Lieu-dit la Planque, Le Truel
Le Massegros - l'eglise
31 août 2016, direction "la cascade de Runes".
collégiale Notre-Dame-de-l'Assomption de Bedouès
La collégiale Notre-Dame-de-l'Assomption de Bédouès est une église située sur la commune de Bédouès dans la haute vallée du Tarn.
En 1310 naît au château de Grizac en Gévaudan (aujourd'hui commune du Le Pont-de-Montvert) Guillaume de Grimoard, fils de Guillaume de Grimoard, seigneur de Bellegarde, et d'Amphélyse de Sabran, dame de Montferrand. Le 13 septembre 1362 meurt Innocent VI, cinquième pape en Avignon. Et c'est un moine, ce Guillaume de Grimoard qui est élu pour lui succéder. Il prendra alors le nom d'Urbain V.
Lors d'une bulle pontificale en décembre 1363, Urbain V décide d'édifier une collégiale sur le tombeau de ses parents, non loin de Bédouès, sur le promontoire schisteux dominant le Tarn. La bulle précisait que 6 chanoines-prêtres, un diacre et un sous-diacre devaient s'y installer. C'est ainsi qu'en 1365, les premiers chanoines arrivent. Ils sont alors chargés de célébrer l'office.
Rapidement, la collégiale est fortifiée. Ainsi elle est ornée de quatre tours et agrémentée d'une muraille, lui donnant les aspects d'un château fort. Ces fortifications permettaient ainsi de créer un refuge pour les habitants de la paroisse en cas de conflit.
La cascade de Runes


 
C'est l'une des plus grandes cascades de Lozère, elle coule en permanence.
Malgré la sécheresse alentour, la chaleur et un soleil de plomb, le débit de la cascade est impressionnant.
Après avoir pris sa source sur le versant sud du Mont Lozère, à proximité du Signal des Laubies, le ruisseau parcors 3 kilomètres au cours desquels il draine quelques petits ruisseaux. Il passe alors à proximité du hameau des Runes.
Au sud du hameau, une rupture de pente provoque la chute du ruisseau sur une hauteur de 60 m. L'eau se précipite dans le vide pour atteindre une première vasque. De là, le ruisseau se jette une nouvelle fois dans le vide pour atteindre 10 m plus bas la deuxième vasque. Ensuite l'eau continue sa descente vers le fond de la vallée de manière plus paisible, mais toujours en cascadant de rocher en rocher. Le ruisseau de Runes rejoint le Tarn en aval du château de Miral.

Pour y accéder, un circuit a été aménagé et sécurisé. Toutefois, il est déconseillé aux personnes ayant de dificultés pour se déplacer. En ce jour de canicule, j'ai eu beaucoup de mal à remonter après la visite.
Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
Fichier : 6.3 Mo
20160830 Aven Armand.zip
Fichier : 4.7 Mo
20160831 Cascade de Runes.zip