Nature et découverte, les Cévennes.

04 à 08 septembre Balades aux alentour
04/09 Le Villard

A 5 kilomètres de Chanac, Le Villard est un site exceptionnel, posé sur un promontoire dominant la vallée du Lot. Ce charmant petit village est flanqué d'une forteresse épiscopale médiévale restaurée en 1984-85 : église, remparts, porte fortifiée, maisons, typiques des forteresses de cette époque. Au XIVe siècle fut édifiée une enceinte ménageant une place forte qui permit aux populations alentour d'échapper aux ravages des Grandes Compagnies. De la double ceinture de remparts ne subsistent que les remparts intérieurs. S'ouvrant par une porte monumentale en pierre de taille, la forteresse originelle n'a conservé que le bâtiment des Gardes, au nord, qui présente une exposition sur la préhistoire en Lozère, et le logis Renaissance à tourelles, situé face à l'église. De la petite terrasse, vous bénéficiez d'une jolie vue sur la vallée du Lot. A l'extérieur des remparts, le Domaine médiéval des Champs reconstitue fidèlement la vie des fermiers et des artisans de cette époque. Animaux, jardin potager (l'un des plus beaux de France) et d'agrément et de simples (aux nombreuses variétés de plantes médicinales), taverne, ateliers de tissage et d'enluminure racontent le mode de vie d'autrefois.




06/09 La Croze
Les nouveaux habitants ont su prolonger l’œuvre des générations précédentes et au fil du temps et selon l’évolution des techniques et des nécessités, ils aménagèrent la Croze sans rupture, sans bouleversement, dans une sage prolongation du travail des anciens.

                 

La Croze a ainsi été sauvée de la ruine. Par d’habiles créations d’ouvertures et par la démolition de quelques murs et voûtes abîmés, elle a pris un caractère particulièrement riant, unique et unanimement apprécié par des photographes. C’est en quelque sorte le joyau des Gorges du Tarn.
Aujourd’hui ce sont 4 générations de descendants qui essaient de préserver ce patrimoine unique, dans la lignée des bâtisseurs de la Croze.
Ce village est peut être la carte postale la plus célèbre des gorges. Cet ensemble de maisons est blotti dans un écrin de verdure dominé par la célèbre Dame à l’ombrelle. Accessible uniquement en barque ou par câble, cet endroit est privé. Toutefois il se visite une fois l’an, lors des journées du patrimoine. Les toitures de lauzes ont été restaurées récemment ce qui explique la patine différente de la pierre. Quasi invisible depuis la rivière le hameau se découvre depuis la route sur l'autre rive.
Des écrits rapportent qu’au XIIIème siècle, la Croze figurait parmi les possessions de l’Abbaye St Victor de Marseille. C’est peut-être l’origine de son nom qui signifierait la Croix.
Plus tard, la Croze fut rattachée au fief du duc d’Arpajon, Seigneur de Sévérac-le-Château. Parmi les maisons actuelles, deux sont datées de 1655 et 1670. Ces dates rapprochées ainsi que quelques détails architecturaux donnent une indication sur la prospérité de la Croze à cette époque.
En 1931 André Monestier et son épouse foulèrent pour la première fois la terre de la Croze. Seule une famille de 9 enfants y vivait encore : La famille Gal habitait une maison au milieu du hameau et sa présence fidèle assura le trait d’union entre le passé et les nouveaux habitants. Les autres maisons étaient abandonnées, certaines depuis plus de 60 ans. Pour les Monestier, descendants d’une famille enracinée depuis des siècles à St Rome de Dolan, à Rosas et à Laval du Tarn, la séduction fut immédiate.
06/09 Le mont Aigoual
Le mont Aigoual est un sommet situé dans le sud du Massif central, à la limite entre le Gard et la Lozère. Il culmine à 1565 mètres d'altitude. Cela en fait le point culminant du Gard et le second de la Lozère ainsi que des Cévennes, après le mont Lozère (1699 mètres).
Bastion sud-est du Massif central, le mont Aigoual est remarquable par son panorama, son climat et son observatoire météorologique. Autrefois couvert de forêts, puis de forêts et de bons pâturages (XVIIIe siècle), la forêt et les sols surexploités s'y dégradent brutalement au XIXe siècle, engendrant des crues catastrophiques (1844, 1856, 1861, 1868 notamment). C'est alors sur ce mont et dans son massif qu'a été entreprise au XIXe siècle la première grande opération de reforestation antiérosive en France (constitution d'une forêt de protection sur les sols érodés par la déforestation et le surpâturage, appuyées par les premières bases scientifiques de la phytosociologie et de la pédologie).
Haut lieu de l'histoire des camisards et maquisards, le mont Aigoual a inspiré de nombreux écrivains cévenols tels André Chamson, Jean-Pierre Chabrol ou Jean Carrière.
Par temps clair, il est ainsi possible d'observer près d'un quart du territoire français. On peut voir le littoral languedocien, la mer Méditerranée au sud, tout le golfe du Lion de Marseille au cap de Creus. À l'est, une partie du massif alpin, notamment le mont Ventoux, la montagne Sainte-Victoire, le Luberon et jusqu'au Grand Margès dans les Préalpes de Castellane, voire le massif du Parpaillon. En remontant vers le nord, on distingue le mont Blanc, la Barre des Écrins, le Grand Paradis et le mont Viso en Italie, le massif du Parpaillon, le Valgaudemar, le Diois, le Vercors, la Chartreuse et les Grandes Rousses. Côté Massif central, on peut déceler la barre massive du mont Lozère au nord, la Margeride, les Grands Causses et les monts du Cantal. Au sud-ouest se distinguent plusieurs sommets de la chaîne des Pyrénées, du massif des Albères jusqu'au pic d'Aneto en Espagne, en passant par les Corbières et le massif du Canigou, le tout dans un rayon pouvant atteindre 300 kilomètres, ce qui en fait vraisemblablement et potentiellement l'un des panoramas les plus impressionnants de France.
08/09 Roquefort sur Soulzon
Un village unique
Au sud du Parc Naturel Régional des Grands Causses, au pied du Rocher de Combalou, on découvre le village de Roquefort. C’est là, à même la roche, que l’on trouve les caves où s’affine lentement le fameux fromage de Roquefort. La découverte du village ne se fait pas sans une visite (et dégustation !) d'une ou plusieurs des caves de Roquefort.
Aménagées en vastes caves ventilées par les fleurines, fissures naturelles qui permettent la circulation de l’air sous terre, elles abritent des milliers de pains de roquefort, sur lesquels veillent amoureusement les maîtres affineurs, détenteurs d’un savoir-faire et d’une tradition remontant à plus de mille ans.
Le Roi des Fromages : un fromage de légende
« On raconte qu’un pâtre amoureux… pour suivre une bergère aurait oublié du pain et du fromage de brebis dans une grotte du Combalou. Revenant quelques temps plus tard en ce lieu, il les découvrit couvert de moisissure. Il goûta le fromage et s’en régala. Le roquefort était né. Gardien de ce savoir-faire, l’homme entretient cette tradition au plus profond de ses caves et à chaque fois, le miracle s’accomplit. »
Eglise Le-Bon-Pasteur
Visite des caves Papillon. Nous ne pouvons visiter que les anciennes caves. Celles-ci ne sont plus en activités, les caves d'affinage ne peuvent pas être visitées pour des raisons d'hygienne (vive l'Europe!).
Les fromages sont des faux, mais, heureusement, les explications sont très intéressantes.
La circulation de l’air au sein des caves de Roquefort est assurée par les fleurines, failles naturelles traversant la montagne selon un réseau de galeries. C’est grâce à elles que la température et l’hygrométrie restent constantes au cœur des caves et que l’alchimie peut opérer…
Sauf à visiter les caves, cette petite ville n'a aucun intérêt !.
A quelques kilomètres de là, se trouve le village de Peyre.
 
Peyre est un petit village situé sur les bords du Tarn à quelques kilomètres à l'ouest de Millau. Si vous venez de Millau, vous passerez au pieds du viaduc, c'est assez impressionnant.
Il n'y a pas de parking disponible dans Peyre lui-même et il faut se garer à quelques centaines de mètres à l'extérieur du village, sur des parkings aménagés ; pas étonnant, étant donné les falaises abruptes qui se dressent derrière le village!
Mais pas de découragement le chemin est très facile. Le petit village est très joli avec des maisons traditionnelles en pierre le long des rues étroites et raides, avec la falaise en arrière plan du village. Il y a aussi quelques maisons troglodytes en tuf, en partie construit dans la roche tendre de la falaise.
 
L'ancien four à pain.
L'église semi-trlodytique Saint Christophe


Peyre est surtout connu pour son église semi-troglodytique : cette église est l'attraction principale du village. Elle est construite dans une cavité de la falaise et elle semble en faire partie. Sa construction remonte au XIe siècle et a ensuite été fortifiée au XVIIe. Elle présente un ensemble singulier d'éléments défensifs : bretèches, assommoirs, bouches à feu, etc...
Cette église a été vendue aux enchères publiques par la commune en 1872. Sa vente a permis de construire une autre église qui se trouve à l'entrée du village et qui, aujourd'hui, est utilisée pour le culte. Elle a été, aussi, baptisée Saint Christophe.
L'ancienne église sert actuellement de salle d'exposition.
 
La nouvelle église.
Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
Fichier : 8.3 Mo
20160908 Roquefort.zip