Voyage en République Tchèque
Le début du voyage

Jeudi 30 août, nos amis d'Alsace nous quittent pour retourner chez eux. Grâce à eux, nous avons pu découvrir des paysages merveilleux. Maintenant, nous n'avons plus de guide et il va falloir faire avec. Après avoir fait environ 170 kms en direction de la Tchéquie, nous passons la nuit sur un parking aménagé dans la ville de Sinsheim que nous visitons l'après midi. Le lendemain matin, dernière étape avant la République Tchèque : Pleystein, toujours en Allemagne, à une quinzaine de kilomètres de la frontière et après avoir fait 300 Kilomètres depuis Sinsheim.
carte


Pleystein




Les randonneurs, les cyclistes et les sportifs de loisir trouveront le chemin de fer le plus long de Bavière sur le "Bockl-Radweg" - 52 km de long, intégré dans la "piste cyclable Paneuropa" de Paris à Prague, le "Glasschleifererweg" , le "PleySteinpfad" et le "sentier forestier" " ou sur 80km de sentiers de randonnées.
La ville de quartz rose Pleystein avec son Kreuzberg (rocher de quartz rose) est l’un des plus beaux géotopes de Bavière . Au coeur de la ville se dresse l'église de pèlerinage néo-baroque sur le rocher dominant de 38 mètres de haut de quartz rose, qui s'appelle également "Glanzberg". Le Kreuzberg est la destination de milliers de pèlerins et de touristes chaque année.
Pleystein, également appelée "Perle de la forêt du Haut-Palatinat", se situe au bout de la belle région de Zottbachtal et constitue un paradis pour les randonneurs, les cyclistes et les skieurs. Donc, il y a beaucoup de choses intéressantes à découvrir pour tous les âges à Pleystein et ses environs romantiques.
À pied, à vélo ou à moteur: découvrez la gastronomie et l'hospitalité du Haut-Palatinat.
Nous trouvons un petit parking pour les camping-cars, impeccable !
L'Église paroissiale Saint-Sigismond.
Autour de l'église.
Rathaus (mairie)   Bâtiment bleu : une banque.
L'étang de la ville.
Au milieu de la ville se dresse une roche de quartz rose fortement inclinée, haute de 38 m. Sur ce rocher, à l'emplacement de l'ancien château des ducs de Leuchtenberg ont été edifiés la Kreuzbergkirche (l'église) et juste à côté un monastère salésien tout deux dans le style néo-baroque.
Dans le passé, l'exploitation minière du quartz a même eu lieu à cet endroiti. Au XVIe siècle, on y cherchaient de l'or. En 1738 l'exploitation souterraine de minerai de fer a été tentée. En raison d'un trop faible rendement, les projets ont été rapidement abandonnés.
Pour monter sur le rocher, dur, dur !
La ville vue d'en haut.
Samedi 1er septembre, de bon matin, nous nous préparons et visitons Pleystein. Vers 10 heures, nous reprenons la route en direction de la Tchéquie.

Avis aux grincheux qui pourraient dire que l'apellation "Tchéquie" n'existe pas :
Le ministère tchèque des Affaires étrangères a annoncé en 1993 que le nom Česko « Tchéquie » devrait être utilisé préférablement à Česká republika « République tchèque », dans toutes les situations autres que les documents officiels et les noms complets des institutions gouvernementales.
L’usage français recommandé (IGN, GENUNG, gouvernement français, gouvernement du Canada, etc.) continue d’être basé sur la traduction du nom long (République tchèque), mais le terme Tchéquie est reconnu comme « variante » dans la « Recommandation concernant les noms d’États, d’habitants, de capitales, de sièges diplomatiques ou consulaires (liste établie après avis favorable de la commission générale de terminologie et de néologie et de l’Académie française) » (Bulletin officiel du Ministère des Affaires étrangères, no 106, Paris, janvier-mars 2009).
Depuis le 14 avril 2016, l’adoption de la dénomination Tchéquie a été décidée suite à une réunion au château de Prague où participaient le président Miloš Zeman, le Premier ministre Bohuslav Sobotka et d’autres ministres.


Vers midi, nous traversons la frontière, sous la bruine. Nous nous arrêtons à Bor, sur la route de Plzeň, pour déjeuner. Ensuite direction Mariánské Lázně.

carte


Mariánské Lázně


Marienbad (en allemand) ou Mariánské Lázně (en tchèque) est une ville et une station thermale du district de Cheb, dans la région de Karlovy Vary, en République tchèque.
Les sources de Marienbad sont mentionnées pour la première fois en 1528 dans une lettre du roi Ferdinand mais ne sont exploitées que depuis 1808. Ces terres appartenaient au monastère de Teplá. Le paysagiste Václav Skalník transforme alors 700 ha de marais en jardin anglais, auquel sont ajoutés des squares, parcs, statues, fontaines, ainsi que des complexes balnéaires, un casino et la Kolonada, qui comprend des pylônes métalliques influencés par le travail de Gustave Eiffel et de riches ornements. L'arrivée du chemin de fer lui permet de concurrencer Carlsbad (Karlovy Vary) comme cité thermale et de recevoir 40 000 curistes par an
Les vertus des eaux de Mariánské Lázně sont connues depuis le XIVe siècle ; en 1813, elle devient station thermale publique. On compte au total une quarantaine de sources qui sont toutes froides et de compositions chimiques différentes, mais qui contiennent toutes du gaz carbonique. On y traite en premier lieu les maladies des reins et des voies urinaires, puis les troubles du métabolisme, les maladies des voies respiratoires et celles de la peau.
Au cœur d’un bassin situé à quelques pas de la colonnade se trouve une fontaine magique. On l’appelle la fontaine chantante. Dès l’ouverture de la saison thermale, fin avril, elle effectue toutes les heures impaires, un ballet aquatique durant sept minutes au rythme d’une musique classique.
La colonnade néo-baroque a été construite entre 1888 et 1889. Sa construction a été commandée par l'abbé du monastère de Teplá et construite sur le site du bâtiment d'origine de la station thermale, connu sous le nom de «Kursal». Les travaux de construction ont été entrepris par un constructeur local appelé Johann Koenig, selon les plans des architectes viennois Miksch et Niedzielský. Leur construction en fonte a été réalisée dans l’usine de Blansko et a été transportée par morceaux à Mariánské Lázně.
La plus ancienne source minérale se trouve dans ce bâtiment. Elle porte le nom du roi Ferdinand Ier qui la fit analiser dès le printemps 1528 dans le but d'extraire du sel. Aujourd'hui, ell est utilisé pour la cure ainsi que pour les bains thérapeutiques.
Le parc
Promenade dans la ville.
Après cette visite, nous repartons en direction de Karlovy Vary, autre station thermale, ou nous passerons la nuit.
Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
Fichier : 6.3 Mo
20180901 Pleystein - Marianske Lazne 1.zip
Fichier : 6.7 Mo
20180901 Pleystein - Marianske Lazne 2.zip