Voyage en République Tchèque
Kutná Hora, Litomyšl.
Jeudi 6 septembre.
carte


Kutná Hora



Kutná Hora (en allemand : Kuttenberg) est une ville de la région de Bohême centrale, en République tchèque, et le chef-lieu du district du même nom.
Kutná Hora est célèbre en raison de ses mines d'argent d'où est sorti, au Moyen Âge, jusqu'au tiers de la production européenne. Ces dernières ont permis de financer la construction d'églises, de monuments et de maisons magnifiques inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.
Née de l'exploitation des mines d'argent, Kutná Hora devint, au XIVe siècle, une ville royale dotée de monuments symbolisant sa prospérité. L'église Sainte-Barbe, joyau du gothique finissant, et la cathédrale Notre-Dame de Sedlec, restaurée dans le goût baroque au début du XVIIIe siècle, influencèrent l'architecture d'Europe centrale. Ces chefs-d'œuvre s'insèrent aujourd'hui dans un tissu urbain médiéval préservé qui frappe par la richesse de ses demeures privées.
cathédrale Sainte-Barbara (à gauche), Collège Jésuite (devant) et Základní škola (au fond).

Cathédrale Sainte-Barbara
joyau du gothique tardif et l’un des quatre édifices de type cathédrale de Bohême, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO avec la cathédrale de l’Assomption Notre-Dame, église Saint Jean-Baptiste et le centre historique de Kutná Hora . La splendeur de cette structure est un témoignage tangible de la renommée et de la richesse de Kutná Hora ainsi que de la profonde dévotion de ses créateurs. La cathédrale est dédiée à Virgin Barbara, une martyre des débuts du christianisme, invoquée comme une aide dans le besoin, une intercesseure d'une bonne mort et un protecteur de tous ceux qui exercent une profession dangereuse, en particulier les mineurs. Et ce sont en fait les mineurs qui ont le plus contribué à l'épanouissement de la ville médiévale ainsi qu'à la construction de la cathédrale, qu'ils ont dédiée à leur sainte protectrice.
Les orgues de la cathédrale dont on peut admirer les coulisses.
 
Statue en bois représentant un mineur d'argent à l'époque médiévale.
  La Cène.
Retable principal de la cathédrale Sainte-Barbara de Kutna Hora.
 
la chaire renaissance en pierre, oeuvre de maître Léopold (1560). Elle reçut une garniture et une toiture en bois en 1665 afin de tenir le locuteur au chaud.
  Chapelle sud, appelée Chapelle des frappeurs de monnaie.
Chapelle nord, consacrée à St Ignace de Loyola (fondateur de l'ordre des Jésuites)
Les confessionnaux.
Les stalles.
Les magnifiques bancs sculptés.
                        

Façade est de la cathédrale.
Základní škola (ecole primaire).
Fontaine en pierre
Les activités minières intensives du Moyen Âge ont perturbé les sources d'eau souterraines de Kutná Hora, ce qui a entraîné un manque d'eau potable pour la ville. Ce problème a été résolu en 1495 par la construction d'une fontaine en pierre en forme de dodécagone sur la place Rejsek d'aujourd'hui. La fontaine, qui était à l'origine recouverte par un toit, servait de réservoir d'eau, dans laquelle de l'eau potable était amenée par un tuyau en bois provenant de la source de St Adalbert, située à 2,5 kilomètres de Bylany. La ville continua ainsi à être alimentée en eau potable jusqu'en 1890. La fontaine en pierre de style gothique tardif était probablement l'œuvre du constructeur Briccius Gauske de Wroclaw.

Le collège des jésuites
Le bâtiment à deux étages, construit en style baroque avec des ailes croisées en forme de lettre inversée F, a été construit à 1667 par l'architecte Giovanni Domenico Orsi.
Après l'abolition de l'Ordre des Jésuites (1773), le collège a été utilisé à des fins militaires. En 2004, a été lancée la restructuration de l'ensemble de l'installation en Centre européen de l'art.

Après avoir passé la nuit sur un petit parking à quelques kilomètres de Cutna Hora, à Suchdol, nous reprenons notre route avec pour déstination : Litomyšl à une centaine de kilomètres.

carte


Litomyšl




Litomyšl apparut près de la route du commerce reliant la Bohême à la Moravie au tournant des Xe et XIe siècles. Un point culminant de la ville est le château Renaissance de type italien ayant plus de huit mille *sgraffites, qui est depuis 1999 dans la Liste de l´UNESCO. Le compositeur Frédéric Smetana est né dans la ville de Litomyšl, son nom est rappelé chaque année par un festival d´opéra. Sur la place de 500m de long, on peut voir la mairie gothique et nombre de maisons Renaissance et baroques. La promenade par les ruelles historiques se terminant dans les jardins du monastère qui font partie des moments inoubliables. Comme autre curiosité il y a le musée et ses peintures murales de Josef Váchal – Portmoneum. Litomyšl n´est pourtant pas que de l´histoire, on y trouve une grande palette d´édifices modernes, fière de l´épithète Ville européenne s´épanouissant et devient une ville du tourisme de congrès.
*Provenant du mot italien graffiare, signifiant « griffer », le sgraffite est un art visuel, destiné à la décoration architecturale. Cette technique fut très utilisée pendant la Renaissance et durant la période Art nouveau.

Le Château de Litomyšl 

Le château national de Litomyšl est à l'origine un château à arcades Renaissance, style qui a vu le jour en Italie et qui fut adopté et largement développé en Europe centrale au XVIe siècle. Sa conception et sa décoration sont de haute qualité, y compris les ajouts de style baroque-classique tardif du XVIIIe siècle. Le château a conservé la totalité des bâtiments annexes qui sont associés à ce type de demeure aristocratique.
Ce château est un exemple rare de l'adaptation d'un palais de la Renaissance aux conditions de pays transalpins. Il fut construit dans les années 1560-1580 par Vratislav de Pernštejn comme cadeaux à sa femme bien-aimée Marie Manrique de Lara. Le domaine Renaissance des Pernštejn fut complété aux XVIIe et XHIIIe siècles par des modifications réalisées par d'autres propriétaires - les Trauttmansdorf et Valdštejn–Vartemberk - avec la participation des meilleurs artistes baroques. On peut y admirer entre autres un théâtre baroque unique datant de 1797. En 1999, le château fut inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.
Eglise piariste de la Decouverte de la Croix.
L'égise piariste de la Découverte de la Sainte-Croix fut construite dans les années 1714-1722 par l'architecte italien Giovanni Battista Alliprandi et après sa mort en 1720 par František Maxmilián Kaňka. Les décorations extérieures et intérieures son l'oeuvre entre autres de Matyáš Bernard Braun et de son collaborateur J. F. Pacák.
L’Ordre des frères des écoles pies, ou Piaristes, est un ordre de clercs réguliers fondé en 1597 par le prêtre espagnol saint Joseph Calasanz.
Prêtre d'origine aragonaise, Joseph Calasanz découvre à Rome les multiples conséquences de la misère sur les enfants. Il fonde pour y faire face la "Congrégation des pauvres clercs de la Mère de Dieu pour les écoles pies". Il rencontre des oppositions qui aboutissent, de son vivant, à la suppression de son œuvre par le pape Innocent X. Elle est rétablie peu après sa mort par le pape Alexandre VII.
En 1948, le pape Pie XII le proclame patron des écoles populaires chrétiennes.
L'Ordre comptait 2160 religieux et 156 maisons en 1870. En 1965, ils étaient 2535 dans 179 maisons. En 2004, ils étaient 1 430 religieux dans 210 maisons installées dans une trentaine de pays. 272 piaristes ont été tués pendant la guerre civile espagnole.
Visites très intéressantes et beaucoup de marche à pieds !
Télécharger les séries avec plus de photos et en grand format
Fichier : 5.8 Mo
20180906 Cutna Hora 1.zip
Fichier : 5.9 Mo
20180906 Cutna Hora 2.zip
Fichier : 3.4 Mo
20180907 Litomysl.zip